Evénement

Autour de Paris Photo Une rafale d'expositions

Tandis que Paris Photo se tient au Grand Palais et le salon de la Photo à la porte de Versailles du 9 au 13 novembre, les musées et les galeries ont prévu une programmation alléchante sur les grands noms de la profession.

Galerie de l’Instant
Jean-Pierre Laffont. Un Français à New York

Jean-Pierre Laffont symbolise un Français à New York. Jeune photographe, il s’installe à Big Apple en 1965 et crée avec sa femme l’agence Sygma Photo News. Il est le témoin des moments privilégiés et historiques où les États-Unis subissent de profonds changements de la violence populaire aux droits des femmes en passant par Martin Luther King. Il photographie aussi des personnalités de tous bords, Mick Jagger ou Andy Warhol et, en France, Brigitte Bardot ou Françoise Hardy.
Jusqu’au 29 novembre. Galerie de l’Instant.
46, rue de Poitou, 3e. www.lagaleriedelinstant.com

 

Galerie Agathe Gaillard
Hommage à la beauté

La galerie Agathe Gaillard fête à la fois son 20e anniversaire et sa réouverture avec une exposition magistrale sur la beauté. Une beauté multiforme inspirée par le corps, la nature, la matière ou le mystère et le silence voire le bruit ou la pierre. Avec une superbe palette de photographes comme Marc Riboud, Édouard Boubat, Luc Choquer, Philip Heying, Thierry Girard, Vincent Godeau, Marie-Paule Nègre… (photo ci-dessous).
Jusqu’au 18 novembre. Galerie Agathe Gaillard. 3, rue
du Pont Louis-Philippe, 4e. https://galerieagathegaillard.com

 

Jeu de Paume
Ali Kazma. Souterrain

Né à Istanbul en 1971, Ali Kazma est diplômé de la New School de New York en 1998. Il vit et travaille désormais à Istanbul depuis 2000 tout en voyageant dans le monde entier en quête de situations, de lieux et de bâtiments où entre en jeu l’aptitude de l’homme à transformer le monde. Dans ses photographies comme dans ses films, il interroge le sens de l’activité et la condition humaine comme tous les champs sociaux afin de susciter un discours esthétique et éthique grâce à l’interaction de tous ses sujets (photo ci-dessus).
17 octobre au 21 janvier 2018. Jeu de Paume, Concorde, 8e. www.jeudepaume.org

 

La guerre d’Indochine de Willy Rizzo : Un photographe à contre-emploi

Philippe Boegner, qui était le directeur de Paris Match… « voulait envoyer en Indochine un photographe de mode pour avoir des images inattendues. » Willy Rizzo est ainsi le premier journaliste qui réussit à pénétrer dans un camp de prisonniers Viet-Minh en 1952. Sa mission est celle d’un photographe des tranchées. Il doit revenir avec une série de photos présentant la guerre d’Indochine sous un angle différent. « Je désirais rendre compte de la réalité dramatique de la situation, sortir des clichés », dit-il. (photo ci-contre).
Jusqu’au 1er décembre. Studio Willy Rizzo.
12, rue de Verneuil, 7e. www.willyrizzo.com

 

JPLAFFONT-ANDY_WARHOL-paris-photo-2017

Fondation Henri Cartier Bresson
Raymond Depardon. Traverser

Avec “Traverser”, Raymond Depardon, à la fois écrivain, photographe et réalisateur, articule son exposition sur quatre axes : La terre natale, Le voyage, La douleur et L’enfermement. L’écriture joue le rôle de fil d’Ariane et invite à une traversée de l’œuvre de Depardon depuis ses premiers pas, à la ferme du Garet, jusqu’à aujourd’hui. L’exposition présente une centaine de tirages, textes, films et documents de l’artiste et se complète par un ouvrage co-publié avec les Éditions Xavier Barral.
Jusqu’au 17 décembre. Fondation Henri Cartier Bresson.
2, impasse Lebouis, 14e. www.henricartierbresson.org

Le Bal. Clément Cogitore
Braguino ou la communauté impossible

Premier lauréat du prix Le Bal de la jeune création avec l’ADAGP, le photographe Clément Cogitore s’est rendu en 2016 à Braguino en quête de ce qu’il appelle “La communauté impossible”, où Sacha Braguine décida d’installer sa famille il y a trente ans, avec l’espoir de vivre en paix, dans l’autarcie la plus complète. Mais même au fond de la taïga sibérienne, Clément Cogitore trouvera une double utopie, et relate dans sa dramaturgie crépusculaire l’expérience conflictuelle avec l’Autre. Une œuvre magnifique sur l’interrogation, avec la disparition du rêve de son héros Sacha, de l’anéantissement du monde.
Jusqu’au 23 décembre. Le Bal. 6, impasse de la Défense, 18e. www.le-bal.fr

 

Galerie Obadia
Seydou Keïta

L’immense portraitiste malien Seydou Keïta ouvre son studio en 1948. Il photographie tout Bamako, assoit sa réputation dans toute l’Afrique de l’Ouest avant d’être découvert en Occident dans les années 1990 où sa première exposition personnelle a lieu à la Fondation Cartier. Reconnu désormais comme le père de la photographie africaine, il disait : « La technique de la photo est simple, mais ce qui faisait la différence, c’est que je savais trouver la bonne position, je ne me trompais jamais. » (photo ci-contre).
6 novembre au 22 décembre. Galerie Nathalie Obadia.
Cloître Saint-Merri, 4e. www.nathalieobadia.com

 

MEP
Obsession Marlene

La légendaire Marlene Dietrich surnommée L’Ange bleu ou La Vénus blonde a marqué son temps par son élégance, son talent inouï, son engagement contre le nazisme. La MEP propose un portrait inédit à̀ travers les regards singuliers de nombreux photographes et proches qui l’ont côtoyée. Les clichés issus de la collection du galeriste Pierre Passebon, comptent au nombre de leurs auteurs Edward Steichen, Irving Penn, Richard Avedon, George Hoyningen-Huene, etc.
8 novembre au 7 janvier 2018. Maison européenne de la photographie.
5/7, rue de Fourcy, 4e. www.mep-fr.org

Keita-Seydoux-paris-photo-2017
Par Anne Kerner. Photos : Ali Kazma / Jean-Pierre Lafont / Philip Heying / Courtesy Galery Nathalie Obalda Paris - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale