Evénement

Biennale des Antiquaires Changement de cap

Pendant neuf jours, la Biennale des Antiquaires transforme le Grand Palais pour en faire le plus beau musée éphémère du monde. Avec les nombreux changements prévus en 2016, espérons que la féerie sera toujours au rendez-vous.

Elle existe depuis plus de 28 ans et ne cesse de faire rêver le monde entier ! De l’or et des diamants à n’en plus finir, des meubles, des peintures, des objets, des dessins de qualité muséale. Et un dîner de gala toujours somptueux ! Telle reste l’image de ce rendez-vous incontournable et international du marché de l’art. Et pourtant. Déception pour les joailliers qui participaient à l’événement comme pour le public d’amateurs, de collectionneurs et d’amoureux de bijoux qui venaient attirés par les merveilles présentées. Fin du super glamour et des joyaux stars. Le président Dominique Chevalier trouve qu’ils prenaient trop de place par rapport aux antiquaires, l’âme de la Biennale. Il leur concède toutefois 700 m2 sous la verrière. « Notre but est d’attirer les visiteurs qui achèteront sur notre salon : des collectionneurs, des conservateurs, des architectes d’intérieur… », explique-t-il. Alors nombre de joailliers ont décidé de ne pas venir. Fini donc les trésors de Cartier, les très attendues nouvelles créations de Chanel ou celles de Boucheron, Van Cleef & Arpels, Bvlgari… Au final, ils sont seulement quatre joailliers au lieu de quatorze : de Grisogono de Genève avec une sélection spectaculaire de bagues dont une avec un diamant rond de 10,15 carats et 387 diamants blancs (plus d’informations sur de Grisogono à la biennale en cliquant ici), Cindy Chao de Hong-Kong avec ses masterpieces, Nirav Modi de Delhi et Boghossian Jewels de Londres et Bruxelles.

P

Biennale des Antiquaires

Avenue du Général Eisenhower, 75008, Paris www.biennale-paris.com
Voir l’itinéraire

Plus de sérieux, plus de sélection, des stands au prix moins élevé

Quant aux cent vingt antiquaires venus de douze pays, ils s’installent au mythique Grand Palais dans une scénographie spectaculaire signée Nathalie Crinière. Bémol pourtant encore avec le scandale des faux meubles ayant impliqué, entre autres, la galerie Dider Aaron dont l’expert en sièges anciens Bill Pallot a été placé en détention provisoire. Du coup, certains grands marchands manquent à l’appel comme ceux des Arts premiers, Didier Claes et Bernard Dulon en tête, et les ténors et initiateurs de l’événement comme ceux de la galerie Vallois, suivis par les excellents Philippe Perrin, Franck Laigneau, Oscar Graf, Carpenters Workshop ou Dominique Levy. Alors ? Certes la galerie Templon propose un stand exceptionnel avec uniquement des œuvres datées de 1966. Landau Fine Art de Montréal dévoile des chefs-d’œuvre de Dubuffet, Kandinsky, Modigliani, Moore ou Picasso. La galerie Amells de Stockholm présente des œuvres de Carl Larsson. Et, les galeries Chevalier, Chastel Marechal, Doria, Downtown, Gismondi, Mermoz, Gastou restent bien présentes. On espère cependant que la nouvelle sélection, dont la galerie Pellat de Villedon de Versailles, amènera un vent nouveau sur le salon. Autre changement qui va dans le sens d’une évolution des mentalités et de l’intégration de nouveaux membres au sein du conseil d’administration de la Biennale, son rythme, qui devient annuel comme les autres grands salons parisiens et internationaux. En effet, la visibilité et le succès de la Brafa de Bruxelles, de Frieze Master de Londres et du Tefaf de Maastricht inquiètent. Il faut donc s’aligner. « Plus de sérieux, plus de sélection, des stands au prix moins élevé », explique encore Dominique Chevalier. Mais aussi les invitations du musée de l’Ermitage, du Mobilier National et de la Fondation de la Haute Horlogerie proposant trois expositions d’exception devraient attirer le public. Le plus grand musée du monde présente trente-cinq œuvres phares de sa collection française du XVIIIe, l’héritier du Garde-Meuble de la Couronne dévoile seize pièces retraçant un siècle d’évolution du mobilier, et du design de 1943 à 2016, tandis qu’un parcours conçu par la Fondation de la Haute Horlogerie conduit le visiteur à la conquête du temps avec cent pièces historiques. La Biennale des Antiquaires depuis 28 ans fait rêver le monde entier pendant neuf jours. Pourvu que cela dure.

Du 10 au 18 septembre. À partir de 35 €

biennale-2016-grand-palais-culture-joaillier-galerie-downtown-paris-capitale
Par Anne Kerner. Photos : Grand Palais : DR / Statue : Galerie Chenel / Meuble : Marie Clérin pour Laffanour Galerie Downtown/Paris - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale