Evénement

Paris célèbre l’art avec les Journées du Patrimoine

La dix-huitième édition des Journées du patrimoine s’inscrit dans le cadre de l’Année européenne du patrimoine culturel. Les 15 et 16 septembre, Paris fête le continent à travers ses édifices et ses personnages au rayonnement international.

À l’heure où l’idée européenne se fait bousculer au sein même des pays de l’Union, les Journées du patrimoine ont choisi de mettre l’accent sur ce qui nous rapproche, sur cet héritage commun partagé par tous les Européens. Sites archéologiques ou industriels, églises et châteaux, hôtels particuliers et créations contemporaines, lieux de pouvoir ou de mémoire… Parmi les 1 500 sites et édifices participant à la manifestation en Ile-de-France, nombreux sont ceux qui symbolisent “L’art du Partage”, thème de cette édition. Ainsi célèbre-t-on les pères fondateurs de l’Europe en ouvrant la maison de Jean Monnet, dans Les Yvelines, et l’appartement de Victor Hugo place des Vosges (4e) (à droite et ci-dessous). Des visites commentées nous plongent dans la vie de l’écrivain, fin politique, l’un des premiers à rêver de concorde continentale. Ses mots, lors de son Discours au Congrès sur la Paix en 1849 sont entrés dans l’histoire : « Un jour viendra où la France, vous Russie, vous Italie, vous Angleterre, vous Allemagne, vous toutes, nations du continent, sans perdre vos qualités distinctes et votre glorieuse individualité, vous vous fondrez étroitement dans une unité supérieure, et vous constituerez la fraternité européenne. »

Marie Curie, personnage européen s’il en est, deux fois nobélisée, première femme à entrer au Panthéon, est commémorée au musée Curie dans le 5e arrondissement, là où se trouvait son dernier laboratoire. De son côté, la Cité Internationale Universitaire de Paris (14e) ouvre ses 35 hectares parsemés de bâtiments hétéroclites, accueillant 12 000 étudiants, chercheurs et artistes de 140 nationalités différentes. Certains ouvrent pour l’occasion et proposent des animations, un concert de piano à la Maison du Portugal, par exemple.

Appartement-Victor-Hugo-journees-patrimoine-2018-paris

La recherche, ce bien commun à tous les Européens, est également symbolisée à Paris par l’institut Imagine (à droite), une merveille architectonique créée par Jean Nouvel et Bernard Valéro située sur le campus de l’hôpital Necker-Enfants Malades (15e). Premier pôle européen de recherche, de soins et d’enseignement sur les maladies génétiques, ce vaisseau de verre de 19 000 m2 regroupe 850 chercheurs, médecins et personnels de santé. Il s’inscrit dans la programmation de l’événement et propose, en plus des visites guidées d’un laboratoire, des expériences comme l’extraction de l’ADN sur des fruits.

On achèvera ce parcours communautaire par une escale au Collège des Écossais (5e), bâti entre 1662 et 1672. Réquisitionné sous la Révolution, prison sous la Terreur, il est rendu à l’église d’Angleterre en 1806, et à l’enseignement. Sa chapelle du XVIIe abrite le tombeau de Jacques II, roi d’Angleterre, d’Écosse et d’Irlande, mort à Saint-Germain-en-Laye en 1701.

Les amateurs d’édifices religieux sont aussi invités à pénétrer sur le chantier de l’église Saint-Germain-des-Prés (photo d’ouverture), et s’immerger dans la restauration de ses décors intérieurs. Car les métiers d’art font toujours rêver les visiteurs. C’est le cas de la haute horlogerie avec, par exemple, la maison Bucherer, qui organise pléthore d’animations dans sa boutique du 12 boulevard des Capucines (9e) et chez ses partenaires, revenant sur les origines de ce métier de précision, et sur l’arrivée dans ce secteur exigeant des nouvelles technologies.

La haute technologie sera justement omniprésente dans le poste de commandement centralisé de la Ligne de métro 14, entièrement automatisée, qui fête ses vingt ans en ouvrant ses portes pour la première fois. Les premières participations, nombreuses, sont autant d’occasions de découvrir des trésors cachés, comme les boiseries illustrant des fables de La Fontaine à l’Hôtel de Noirmoutier rue de Grenelle (7e). La maison Chloé (rue de la Baume, 8e) revient quant à elle sur 65 ans de création, tandis que Christofle, installé rue Royale dans l’hôtel Le Tellier (8e), ouvre ses salons, classés pour leur décoration. À quelques stations, Radio France, labellisée Patrimoine du XXe siècle et inscrite cette année au titre des monuments historiques ravira les amateurs d’architecture moderne. Tout comme à l’opposé, le siège du Parti Communiste Français (19e) avec sa coupole blanche spectaculaire, œuvre du Brésilien Oscar Niemeyer. Inédite également, l’ouverture de la Crypte archéologique de l’Île de la Cité (4e), dont les vestiges remontent à deux millénaires d’urbanisation parisienne. Un voyage dans le temps conté aux enfants, qui ne sont pas oubliés dans cette programmation. Au musée des Arts et Métiers (3e), par exemple, bâti en 1794, ils seront chargés de mener l’enquête sur un vol de bijoux, collectivement, comme pour réaffirmer cette évidence : l’Union fait la force !

On notera également des concepts originaux comme celui de Tresor & co qui invite à découvrir le patrimoine parisien au travers d’une chasse au trésor destinée aux petits et grands. Dans le Marais le 15 (départ de la librairie La Mouette Rieuse à 14h30) et à Montmartre le 16 (départ du métro Abbesses à 14h30).

Journées européennes du patrimoine 
15 et 16 septembre
https://journeesdupatrimoine.culture.gouv.fr

institut-Imagine-journee-patrimoine-2018
Par Par Florence Halimi. Photos : Agence Gatier, Pauline Voisin / Fabrice Gaboriau / Pierre Antoine / Christophe Valtin - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale