Evénement

Une réédition du 3e album de The Doors "Waiting For The Sun"

A l’approche des fêtes de fin d’année, le label Rhino vient de rééditer le troisième album studio de l’un des groupes majeurs de la pop américaine. Voici réunis dans ce coffret collector,  l’album original en version stereo remasterisé, augmenté de mixes alternatifs et de cinq versions live.

Quel groupe sur la planète peut bien se vanter d’incarner encore aujourd’hui et mieux que les Doors, la modernité du blues? Il a suffi d’une poignée de chansons enregistrées et cinq albums, pour que trois générations d’adolescents voient leurs vies marquées et que l’histoire de la musique américaine soit à tout jamais bousculée. Chaque note s’élevant de la guitare de Robbie Krieger, chaque accord plaqué sur l’orgue de Manzarek, chaque mot s’échappant de la bouche de Morrisson, suaient et transpiraient le blues. Mi-ange, mi-démon, Jim Morisson possédait une voix sombre, vénéneuse, une gestuelle reptilienne qui incarnait le blues blanc des 70’s. L’attitude des Doors, leur mode de vie, les scandales répétés de leur charismatique leader ( drogues, arrestations, violences), alimentaient en retour, l’univers du blues. Jim Morrisson représentait pour des millions de jeunes américains, le symbole de la révolte contre l’ordre établi et le pouvoir en place. Ses poèmes sulfureux, sa vision apocalyptique du monde, mis habilement en musique par ses trois complices, en faisait un Rimbaud, un Baudelaire des temps modernes. A sa sortie « Waiting for the Sun » atteindra le sommet des hit parades américain et sera le seul album des Doors à réaliser cet exploit. On retrouve ainsi «The Unknown Soldier»,  avec ses paroles anti-militariste puissantes , et le tube «Hello, I Love You», porté par ce riff compulsif clavier guitare à l’unisson martelé par une batterie métronome. On redécouvre la guitare flamenco qui a fait la particularité de « Spanish Caravan », ces guitares étranges doublées de claviers dissonants sur « Not To Touch The Earth » où ce blues particulièrement menaçant « Five to One ». Cette réédition super luxe célèbre de belle manière les 50 ans de cet album mythique. Mais c’est surtout pour les fans, l’occasion de découvrir de nouveaux masters stéréo et un concert enregistré 17 septembre 1968 à Copenhague.

Par Jean-Christophe Mary - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale