Evénement

En mars, tout le monde dessine

Avec, fin mars, le Salon du Dessin et Drawing Now/Art Fair, Paris devient la capitale mondiale du dessin contemporain. Ces deux salons ont créé une mouvance et un développement formidable autour d’un médium devenu phare.

C’est au mois de mars, à Paris et nulle part ailleurs ! La capitale se métamorphose en cité mondiale du dessin. Salons, musées, galeries, maisons de vente, prix, workshops, parcours, tout s’organise pour que la Ville Lumière regorge de ce qu’il y a de plus beau, de plus rare, de plus inventif sur la planète dessin. Et c’est un pari chaque année réussi ! Qu’il soit ancien, moderne, contemporain, voire expérimental, le dessin envahit la ville qui devient le lieu de rencontre de tous les amateurs, collectionneurs et d’un public toujours plus curieux de ce médium. « Le dessin est peut-être l’un des derniers secteurs du luxe. Car le luxe n’est pas une question d’argent. Il est quelque chose d’unique et de reconnaissable. C’est antinomique avec la notion du luxe multiple véhiculée aujourd’hui. Paris a toujours été à la tête de la modernité et il faut conserver cela », confie Bertrand Gauthier, organisateur historique du Salon du Dessin au palais Brongniart. Christine Phal, directrice de la foire Drawing Now/Art Fair au Carreau du Temple et du Drawing Lab, premier centre d’art français consacré au dessin contemporain rue de Richelieu, enchaîne avec un vœu qui devient un slogan : « Au mois de mars, tout le monde dessine. »

Réservé il y a plus de vingt ans à une poignée de néophytes, le dessin, grâce à la volonté des organisateurs des salons, touche un public et une clientèle toujours plus fidèles et nombreux, conquis par la qualité, la diversité, la convivialité et l’engagement pour la transmission de ces deux manifestations. Pas le moindre signe d’essoufflement donc pour ces foires à taille humaine où la proximité a toujours été l’atout. Bien au contraire ! L’engouement devient plus solide avec un marché vivace où tous les niveaux de prix sont représentés. Les ventes aux enchères ont d’ailleurs débuté, en janvier, en fanfare avec un dessin d’Ingres, adjugé plus d’un million d’euros à Saint-Valéry-en-Caux en Seine Maritime, qui avait été expertisé par le cabinet parisien de Bayser dont le propriétaire, Louis de Bayser, préside la 28e édition du Salon du Dessin.

Pendant six jours, les deux salons offrent le meilleur du dessin sur la planète. Au palais Brongniart place de la Bourse, le Salon du Dessin réunit trente-neuf galeristes venus du monde entier qui y dévoilent leurs plus belles feuilles. Pour cette édition, des pépites de Louis de Boullogne, Delacroix, Schiele, Klimt, Matisse, Pablo Picasso, Joan Miró, Sam Szafran, Jean-Baptiste Sécheret ou Maysey Craddock… Au Carreau du Temple, soixante-dix galeries internationales montrent l’excellence du dessin contemporain de ces cinquante dernières années, avec entre autres, Edi Dubien, Anne Ferrer, Lucie Picandet, David Lefèvre, Gillian Gelzer, Katharina Ziemke, Lea Beloossovitch, Claude Briand, Damien Deroubaix… la plupart présents sur le salon.

La force de ces foires ? Organiser des moments privilégiés avec des rencontres et des manifestations rares. Au palais Brongniart rendez-vous pour un colloque scientifique ayant pour sujet “Le dessin et les arts du spectacle : le geste et l’espace”, la remise le 28 mars du Prix de Dessin Contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain à l’un des trois lauréats : Friedrich Kunath, Claire Morgan ou Jérôme Zonder, et deux expositions une de la maison Chaumet, “Chaumet, dess(e)in de nature”, qui trace l’histoire artistique du joaillier et une autre au musée Carnavalet qui, en attendant sa réouverture fin 2019-début 2020, présente une sélection de ses plus belles feuilles sur le thème des “Fêtes et spectacles à Paris”.

Paris sort les bons crayons

Au Carreau du Temple, on retrouve les Talks, le très apprécié programme de rencontres avec des personnalités internationales à voir ou revoir sur la chaîne YouTube du salon, le prix Drawing Now qui sera remis à l’un des cinq artistes nommés parmi les cent qui étaient éligibles. Autres temps forts, le Master Now, un parcours interne sur les stands des galeries où sont signalées une vingtaine d’œuvres exceptionnelles extraites de leurs réserves, et, pour la première fois, des performances deux fois par jour sont programmées. Christine Phal, la fondatrice de Drawing Now présente, en même temps au Drawing Lab – véritable centre consacré à la recherche et l’expérimentation du dessin contemporain – un jeune artiste autrichien à la démarche quasi-scientifique, Nikolaus Gansterer.

Bien plus que deux salons, c’est tout Paris qui s’organise autour de cette Semaine du Dessin avec des passerelles entre les musées et les institutions pour fédérer des parcours hors du commun et des visites inédites de cabinets d’art graphique au Louvre, au Petit Palais, aux Arts Décoratifs et une visite exceptionnelle de la Collection privée Émile Hermès dans la maison mère du 24 Faubourg Saint-Honoré, axée sur les thèmes du cheval et du voyage…

Rendez-vous donc dans ces deux foires uniques au monde qui, par leur proximité et l’écoute du public, n’ont rien à voir avec les méga manifestations, qu’elles soient anciennes ou contemporaines que l’on trouve ailleurs. Si place de la Bourse au Salon du Dessin, « l’amateur sur les conseils d’experts cherche la perle rare dans les dessins de maîtres » explique Bertrand Gautier ; au Carreau du Temple, « le passionné échangeant directement avec les artistes d’aujourd’hui, peut se faire plaisir avec des œuvres créées souvent spécialement pour cet événement », rapporte Christine Phal de Drawing Now. Alors… en mars, tout le monde prend un crayon.

  • Salon du Dessin. 27 mars au 1er avril. Palais Brongniart. Place de la Bourse, 2e.
    De 12 h à 20 h et 22 h le 28 mars. Samedi et dimanche 11 h à 20 h et lundi 1er avril 12 h à 19 h. 15 €.
    www.salondudessin.com
  • Drawing Now Art Fair. 28 mars au 31 mars. Carreau du Temple. 4, rue Eugène Spuller, 3e.
    16 €. De 11 h à 20 h, dimanche fermeture à 19 h.
    www.drawingnowparis.com
  • Drawing Lab. 22 mars au 15 juin. 17, rue de Richelieu, 1er.
    Tél. 01 73 62 11 17. “Nikolaus Gansterer. Drawing as Thinking in Action”.
    www.drawinglabparis.com
Par Anne Kerner. Photos : Courtesy Helene Bailly Gallery / Collection Chaumet / Diane Arques / Galerie AB - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale