Evénement

Des journées particulières Inédites, récréatives et gratuites

Des musées gratuits, des lieux étonnants, des bâtiments historiques… les Journées Européennes du Patrimoine sont de retour les 16 et 17 septembre, avec leur dose d’inédit et de grandiose, et un thème axé cette année sur la jeunesse.

Cette 34e édition des Journées du Patrimoine taille la part du lion aux nouvelles générations. Et nombreux sont les participants à avoir joué le jeu pour les sensibiliser au patrimoine sur un mode récréatif. Faire connaître le contexte social et historique du bâtiment visité, intéresser aux métiers et savoir-faire oubliés derrière une belle façade ou un meuble ciselé, c’est la mission de ce millésime. Comme toujours, les visiteurs disposent d’un choix exceptionnel de sites ouverts, certains lourds d’une histoire séculaire, d’autres porteurs d’une vision futuriste, à l’instar de l’École nationale supérieure d’architecture Paris-Val de Seine (13e) qui invite, grâce à un dispositif vertigineux, à s’élever dans les airs pour mieux embrasser l’ensemble édifié par Frédéric Borel, Grand Prix National de l’Architecture 2010.

Proportions, lignes et lois de l’équilibre feront aussi l’objet d’un atelier à la Cité de l’architecture et du patrimoine du palais de Chaillot (16e). Là, les enfants de 3 à 10 ans recevront un cours magistral, mais ludique, sur l’histoire de l’architecture et créeront un monument en s’inspirant des maquettes exposées. Plus hiératiques, mais également récréatives : l’animation organisée à la Cour des comptes (1er), créée par Napoléon en 1807 au palais Cambon, dont on découvrira l’histoire contée dans un spectacle ; la visite des cabinets insolites du musée des Armées (7e) qui abrite une collection de modèles réduits pour enfants, notamment ceux offerts par Colbert au fils aîné de Louis XIV, pour lui enseigner la stratégie militaire.

Quant aux artistes en herbe, il leur sera proposé de s’initier à la musique, à la Philharmonie de Paris (19e), dans un atelier participatif musical et corporel, dirigé par la conférencière et musicienne Estelle Wolf.

Maison-Lancel-luxe-journee-patrimoine-2017

Les amateurs de précision seront  comblés à la maison Bucherer (9e), temple de l’horlogerie de prestige, qui propose trois animations : un jeu de piste dans l’immense magasin (le plus vaste du monde dans sa catégorie), une plongée dans les rouages d’un mouvement et une incursion dans l’horlogerie d’aujourd’hui… De bien riches heures en perspective, sur rendez-vous seulement.

Les universités parisiennes feront l’objet d’une attention particulière et d’une promenade commentée de six kilomètres, de la Sorbonne à la faculté Diderot en passant par l’École de médecine et Jussieu. Un voyage dans le temps et dans l’espace, tout comme celui proposé à l’hôtel de l’Artillerie (7e), qui a porté tant de visages depuis sa fondation en 1632, au gré de ses travaux et de ses affectations. Tour à tour noviciat dominicain, musée d’armes et site militaire, il accueille dès la rentrée prochaine les étudiants de Science Po.

Autre temple de l’enseignement supérieur, l’Institut Catholique de Paris (6e) est à découvrir pour ses faux airs de collège britannique. Fondé en 1875, il est dédié à l’enseignement des humanités et vient de subir un grand lifting de deux ans. Avant son inauguration, le public visitera le campus, notamment la cour d’honneur et la chapelle Saint-Joseph des Carmes, où furent tués plus de deux cents prêtres réfractaires sous la Révolution. Une première participation, dans ce cru riche en ouvertures exceptionnelles, comme celle de la Cour de cassation (4e), la plus haute juridiction judiciaire fondée en 1790, abritée dans un bâtiment conçu puis restauré entre 1861 et 1892, au sein même du Palais de Justice. Comme les ambassades de Chine (7e) et du Mexique (16e). La première, acquise par le gouvernement chinois en 2010, est abritée dans l’hôtel de Montesquiou, érigé en 1778 par l’architecte Alexandre Théodore Brongniart. La seconde est un chef-d’œuvre des Arts déco et dévoile une incroyable fresque du peintre Angel Zarraga à la gloire du Mexique. Enfin, plus légère, la première opération portes ouvertes au siège de la maison Lancel (17e), installé depuis 2012 dans un bâtiment de la fin du XIXe. L’occasion de découvrir ses modèles historiques et de suivre toutes les étapes de la création d’un sac, en présence d’un Compagnon du Devoir. L’un de ces hommes mis à l’honneur pendant deux jours, pour leur contribution à l’édification de ce patrimoine dont tous les citoyens, petits et grands, sont les héritiers.

Les Journées du Patrimoine
Samedi 16 et dimanche 17 septembre
www.journeesdupatrimoine.fr

Cour-de-Cassation-grand-chambre-journee-patrimoine-2017
Par Florence Halimi. Nicolas Borel / Maison Lancel / Arnaud Chicurel - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale