Exposition

Coups de coeur FIAC

La Fiac est loin de se résumer à seulement huit œuvres. Ceci n’est qu’un jeu de piste par Paris Capitale à la découverte des milliers d’autres présentées par les 193 galeries qui participent à cette manifestation d’envergure internationale.

Annette Messager

Annette Messager a toujours été singulière et révolutionnaire. Étudiante aux Arts décoratifs dans les années 1970, l’immense artiste française n’a de cesse d’utiliser dans ses œuvres la laine, les tissus, les vêtements, le fil… Elle pique et coud, joue et abuse des images de la condition féminine pour mieux s’en révolter. Lion d’or de la Biennale de Venise en 2005 et lauréate du Premium Imperiale en 2016, l’artiste collectionneuse et bricoleuse invente ses “mythologies individuelles” et elle prône la prise en compte de l’élément affectif, imaginaire, voire nostalgique dans l’œuvre. La galerie présente ici des œuvres totalement inédites de l’artiste, ses dessins secrets et érotiques.

mfc-michèle didier

Pauline Jardin Curnier

Pauline Jardin Curnier, présente à la Fiac, expose également dans plusieurs lieux comme la Fondation Ricard pour “Les Bons sentiments” et à la Biennale de Venise. Son œuvre, certes, encore naissante est en voie de célébrité pour cette jeune femme qui revisite les grandes thématiques d’ordre anthropologique grâce à une esthétique pseudo-naïve. Et la voilà qui crée toutes sortes de gouffres symboliques sur les origines de la vie, de l’humanité, de l’art avec tout un petit monde de dessins, de textes, d’objets qu’elle ne cesse de revisiter comme un « rapiècement narratif pour conscience altérée », dit-elle.

Ellen de Bruijne Projects

ORLAN

Orlan vient d’offrir d’avril à juin une exposition majestueuse à la Maison Européenne de la photographie à Paris. Le visiteur a pu y découvrir pour la première fois tout son parcours magnifique, revendicatif, provocateur. Elle inventa l’art charnel et s’exprima à travers son propre corps, dénonçant la plupart du temps la violence faite aux femmes. La Fiac présente Le Drapé Baroque (1979-1986), une série de photographies inspirées à la fois de sainte ORLAN, la vierge blanche et la vierge noire où l’artiste critique les pressions religieuses. ORLAN ? Plus que jamais au cœur de notre temps.

Galerie espaivisor (ci-contre)

Alan Vega

Né en 1938 et décédé à 78 ans, Alan Vega, l’un des pionniers du rock électronique minimaliste, co-fondateur avec Martin Rev du groupe mythique Suicide au début des années 70, est également un grand artiste plasticien actif sur la scène artistique new-yorkaise dès la fin des années 60. Il crée l’un des premiers lieux alternatifs tenu par des artistes 24 h sur 24 dédiés à toutes les formes d’art qui devient un tremplin pour des gens comme Television ou Blondie. Alan Vega y trouve un environnement idéal pour développer sa création multiforme, comme ici, ce crucifix composé aussi bien de photographies érotiques que de néons et de bois. Génial comme sa musique.

Galerie Laurent Godin

Thomas Schütte

Originaire d’Allemagne de l’Ouest, Thomas Schütte travaille à Düsseldorf. Son œuvre protéiforme ne représente pas des répliques de constructions, il s’agit de sculptures interrogeant leur propre rôle et leur statut au sein de la société contemporaine. Ce travail le classe parmi les artistes contemporains les plus engagés. En effet, il aborde des thèmes de société, en particulier ceux liés aux guerres et apporte une vision critique à la postmodernité. L’artiste se passionne pour les représentations des modes de vie avec ses maquettes d’habitations (Maisons de vacances de terroristes), de banque (Placement immobilier), ou la reproduction miniature d’une station-service intitulée Fais le plein, Allemagne et réalisée pendant la guerre en Irak. Ici, il expose Bibliotek.

Galerie Pietro Spartà

Stefan Tcherepnin

Artiste américain, né en 1977 à Boston, ce diplômé du Bard College et de l’Oberlin Conservatory of Music crée une œuvre audacieuse. Connu pour son art sonore collaboratif, il a également inventé d’incroyables monstres en peluche (fortement inspirés de ceux de l’émission américaine Sesame Street) qui font aussi bien l’objet de spectacles que de sujets dans des vidéos. Son audace ? Inventer un nouveau monde inspiré de celui de l’enfance, mais où le visiteur se fait prendre dans un univers dramatique, anxieux, qui interroge notre perception de l’objet d’art.

Freedman Fitzpatrick

Patrick Tosani

Comment ne pas craquer devant ce joli couple dansant réalisé par Patrick Tosani ? L’artiste qui a étudié l’architecture, puis la photographie dans les années 1970, développe une pratique hors normes depuis une vingtaine d’années. « Le geste essentiel de la photographie est d’isoler une petite partie du réel par le cadrage, et ce choix de cadrage est un choix de fragmentation », explique-t-il. « Mon objectif est de mettre en évidence une situation de mélange entre le corps et le vêtement par le phénomène de la couleur », poursuit-il. Cette vision devient absolument perceptible sur cette image qui isole merveilleusement une partie d’un réel réinventé.

In Situ – Fabienne Leclerc

Retour au dossier FIAC ici.

Par La Rédaction. - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale