Palace

Les Palaces de Paris en fêtes

En décembre, la vie de palace est un conte de Noël qui satisfait tous les sens, aiguise tous les appétits de beau et de bon. Décorations enchanteresses, thés gourmands, brunchs et dîners “haute goûture”, fêtes sans fin…Sans oublier une panoplie d’animations qui nous font prendre l’air des cimes.

La période des fêtes dans les palaces, c’est d’abord une ambiance, le souffle de la montagne qui descend sur les Parisiens de naissance ou de cœur. Y passer quelques heures, une soirée, une nuit, c’est déjà prendre de l’altitude. Tous revêtent leurs habits de lumière et exhalent les arômes de sapins, de feux de cheminée et de thés gourmands réinventés pour Noël, comme au Plaza Athénée (ci-dessus), dont le restaurant, majestueusement animé par la cuisine d’Alain Ducasse, se constelle pour l’occasion de 10 000 pampilles. La Cour Jardin de l’hôtel se dote en prime d’une patinoire de 100 m2 encadrée de sapins. Entre deux glissades, les enfants découvrent les surprises quotidiennes d’un spectaculaire calendrier de l’avent. Une animation également choisie par le Peninsula (ci-contre)pour aider les jeunes impatients à attendre le grand jour, invités par ailleurs à assister à des lectures de contes au pied du grand sapin installé dans le lobby. Les plus grands se retrouvent sur la terrasse Kléber transformée en jardin alpin, le temps de siroter une boisson chaude dans un igloo. La terrasse du Royal Monceau Raffles Paris (ci-dessous à droite) joue aussi la carte du Grand Nord et se mue en banquise éphémère entourée de sapins, tandis que se dressent des icebergs sur le bassin central. Dans ses deux bulles en forme d’igloos, meublées de bois brut, les chanceux dégusteront un nectar Moët & Chandon, la cuvée de prestige MCIII.

decoration-palace-hotel-5-etoiles-peninsula-paris-2018

Le Park Hyatt Paris Vendôme accueille de son côté une ancienne bergerie reconstituée en chalet cosy où déguster une raclette tandis qu’autour, installés sur des fourrures dans un décor alpestre, les visiteurs de 16 heures savourent un goûter gourmand arrosé de vin chaud ou de chocolat fumant. Le chef pâtissier Jimmy Mornet a réalisé des douceurs en trompe-l’œil, qui prennent toutes les apparences de décorations de Noël et délivrent en bouche le bon goût de l’enfance. Le Fouquet’s Paris (ci-dessus à gauche) joue le double jeu de la tradition et de l’avant-garde. Il accueille le Chalet Les Neiges de Courchevel sur la terrasse du Joy, pour un repas montagnard, et invite la jeune plasticienne Emmanuelle Rybojad à décorer les espaces intérieurs de ses œuvres lumineuses coulées dans le plexiglass. Côté cuisine, Le Fouquet’s et Joy signent des repas de fêtes royaux où sera servi du champagne Veuve Clicquot.

Car outre une décoration hyper soignée, tous les palaces mettent le paquet pour élaborer des dîners de réveillon plus que parfaits, mariant héritage et créativité. Des agapes où la truffe sous toutes ses formes, le foie gras, le homard, le caviar, les chapons, poulardes et autres gibiers se disputent le haut de l’affiche. Chefs étoilés et chefs pâtissiers renommés, tous jouent leur partition avec brio. La palme de l’originalité revient à Thierry Marx qui signe des alliances franco-japonaises pour Le Sur Mesure du Mandarin Oriental (ci-dessous à droite), quand Le Camélia met en plats des saveurs hivernales plus traditionnelles. On profite par ailleurs du marché de Noël dressé par Thierry Marx autour de ses meilleurs producteurs, dans Le Jardin relooké en forêt vosgienne, du 21 au 24 décembre, pour acquérir de quoi préparer son repas de fête “sur mesure”. Une possibilité offerte également au Ritz (ci-contre) qui propose des ateliers 5 étoiles, pour petits et grands, mis sur pied et animés par l’École Ritz Escoffier. Les becs fins trouveront leur bonheur à la Table de l’Espadon, où le meilleur de la terre rencontre le sel de la mer. Le 31, on peut aussi opter pour le grand buffet au Salon d’Été, un dîner au Bar Vendôme ou les fines bulles au Salon Proust, transformé en bar à champagne.

decoration-palace-hotel-5-etoiles-ritz-2018

Tout juste couronné de sa cinquième étoile, Le Lutetia, célèbre Noël à chaque heure du jour et du soir, tout le mois de décembre. Goûter au restaurant Saint-Germain à partir de 15 heures, cocktails et Croc’caviar au Bar Joséphine à 18 heures, Vodk’aviar dans le patio entre 19 et 23 heures… Avant d’entamer les plats de résistance : un dîner de Noël au Saint-Germain et un dîner-gala dans le Salon Cristal le 31 décembre. De leur côté, les restaurants du Meurice (ci-contre), Le Meurice et Le Dali, mettent les convives au délice ! Les cartes élaborées par Alain Ducasse réinventent avec brio les mets les plus festifs. Sans oublier les Tea Time de Noël du chef pâtissier Cédric Grolet, et ses trompe-l’œil de saison, dans un hôtel parsemé de boules géantes, de sapins et d’arbres lumineux. L’Hôtel de Crillon n’est pas en reste de magie, grâce aux efforts conjoints du designer floral Djordje Varda et de la maison Swarovski qui parent le jardin d’hiver d’atours éblouissants. On y déguste les créations du chef pâtissier Pablo Gicquel qui inaugure également pour l’occasion sa boutique de pâtisseries à emporter, Le Boudoir. Après un festin gastronomique à L’Écrin et à la Brasserie d’Aumont, les convives passeront au bar Les Ambassadeurs, pour entamer 2019 dans une ambiance électro-pop. Ambiance électrique assurée au Bar Botaniste du Shangri-La Hotel (ci-dessous), Paris, qui, en préambule, reçoit les gastronomes du 15 au 30 décembre à La Bauhinia pour des “Repas de Fêtes”. Comme un calendrier de l’avent gourmand, ils annoncent les agapes du 31 préparées par le chef doublement étoilé Christophe Moret à l’Abeille, ou celles, voyageuses, du Shang Palace, seul restaurant cantonnais étoilé de France. Une boutique éphémère dédiée aux créations du chef pâtissier Michaël Bartocetti prend également ses quartiers au Shangri-La Hotel, Paris. C’est aussi le cas du Four Seasons Hotel George V (ci-dessus à gauche) qui ouvre sa boutique Pop-up jusqu’au 7 janvier, et plonge les visiteurs de Noël dans un décor enchanté blanc et or, aux jeux d’eau et de lumières, mis en scène dans le lobby notamment, par le directeur artistique Jeff Leatham. Une merveille qui permet d’anticiper les délices proposés dans les trois restaurants étoilés de l’hôtel : Le Cinq, le George et L’Orangerie.

Enfin, nos palaces parisiens, sans exception, invitent les lève-tard des lendemains de fêtes à persévérer dans l’hédonisme grâce à des brunchs exceptionnels. C’est le cas du Prince de Galles, dont la carte prodigue – crustacés, fruits de mer, sushis, mets chauds, douceurs de Noël et orientales, etc. – permet de poursuivre le voyage culinaire de haute volée proposé la veille à la table des restaurants La Scène et Les Heures.

decoration-hotel-palace-paris-le-meurice-2018
Adresses

Adresses

  • 5, rue de La Paix, 1er
  • 15, place Vendôme, 1er
  • 251, rue Saint-Honoré, 1er
  • 228, rue de Rivoli, 1er
  • 45, boulevard Raspail, 6e
  • 25, avenue Montaigne, 8e
  • 37, avenue Hoche, 8e
  • 99, avenue des Champs-Élysées, 8e
  • 10, place de la Concorde, 8e
  • 31, avenue George-V, 8e
  • 33, avenue George V, 8e
  • 19, avenue Kléber, 16e
  • 10, avenue d'Iéna, 16e
Par Florence Halimi. Photos : Francis Amiand / Antonio Saba / Guillerùo Aniel-Quiroga / Roméo Balancourt / Maelle Saliou / Alexis Anice / Fabrice Rambert - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale