Horlogerie

L’art de donner vie au temps

Régulièrement, les maisons horlogères en quête de nouvelles sources d’inspiration se tournent vers les métiers d’art pour donner plus d’allant à leurs collections. Les cadrans, surfaces souvent comparées à un visage, deviennent alors le terrain d’expression privilégié d’artisans dont la dynamique donne une dimension d’objet d’art à l’instrument de mesure du temps en étant paré. Parcours initiatique au cœur d’un temps bien vivant…

Les montres dans leur immense majorité – 80 % du marché – sont rondes. Elles pourraient finalement toutes se ressembler sans la présence de cadrans originaux. Ces surfaces de quelques centimètres carrés, que travaillent avec un soin infini les cadraniers, les artisans dédiés à la création de ces disques au-dessus desquels gravitent les aiguilles, ont donc un rôle essentiel. Et nombre de grandes maisons accordent une attention toute particulière à la réalisation de ces supports qui affichent bien plus que l’heure.

Donner du relief au temps

L’introduction des métiers d’art dans l’horlogerie contemporaine, autre que celui joaillier est relativement récente. Elle remonte à l’aube des années 2000 et s’exprime essentiellement au niveau du cadran. La difficulté est là car même les émailleurs, pourtant habitués à œuvrer pour le métier depuis des siècles, ont dû adapter leur art à l’échelle des montres-bracelets et au mode de porter contemporain. Produire des pièces à la fois délicates, fines et résistantes est le plus souvent un vrai défi, de l’avis même d’artistes pourtant aguerris. Mais le résultat est là, et le travail réalisé, dont la taille objective ne dit rien des dizaines ou même parfois des centaines d’heures passées, mérite un arrêt sur image.

7000S-000G-B002_SDT_tr_915273

L’émail sous toutes ses formes

Ainsi, la maison Vacheron Constantin a su donner une vraie dimension artistique à ces supports initialement destinés à afficher les heures en les associant à des représentations tirées d’antiques ouvrages enluminés. La magie des couleurs, des matières et l’excellence dans la façon de combiner les deux univers en retranscrivant le temps autrement garantissent à cette maison genevoise fêtant, cette année, son 270e anniversaire, de demeurer l’une des grandes garantes de la conservation d’un savoir-faire unique. Ces modèles, nommés Métiers d’Art Savoir-Faire Enluminés, rendent hommage à l’art de la miniature médiévale par de superbes réinterprétations émaillées. Jadis, l’enlumineur travaillait dans des conditions d’exigence identiques à celles de l’émailleur aujourd’hui, avec ces mêmes gestes qui offrent à l’objet précieux un langage émotionnel multiple et universel. La maison Van Cleef & Arpels, dont la passion pour la belle mécanique s’exprime à travers des complications poétiques, joue aussi avec la série Lady Arpels avec des émaux champlevés. Elle crée ainsi, sur de toutes petites surfaces, de somptueux univers oniriques. Quant à Jaeger-LeCoultre, le cadran en émail translucide de sa montre à tourbillon Rendez-Vous Ivy illustre un motif de feuilles de lierre. Un décor minutieux, symbole de vitalité et d’éternité, qui ne flétrira jamais ni ne perdra sa couleur !

Oser des matériaux originaux

Les marques horlogères cherchent à renouveler leur style et s’approprient des matériaux originaux pour en parer les cadrans de leurs créations. Ainsi, Parmigiani Fleurier propose, cette année, un cadran en météorite pour la Tonda 1950. La découpe et le traitement de la matière mettent en valeur la cristallisation naturelle du métal venu de l’espace et vieux de milliards d’années. Léger et sobre, ce décor invite à prendre de la hauteur par rapport aux choses… Tout comme la Harry Winston Premier Butterfly Automatic 36 mm suggère des pensées légères comme le vol d’un papillon dont les pigments des ailes ont servi à habiller le cadran. Au jeu des matériaux, la même maison est parvenue, avec des plumes, à créer des motifs artistiques d’une rare densité, en les regardant, on laisse vagabonder l’esprit pour offrir à chaque seconde le temps de s’épanouir totalement puisqu’on sait que l’art est une expression éternelle dont la richesse n’a de limite que celle des créateurs. Et les artisans ne manquent pas d’idées pour se ressourcer… Ceux de Cartier sont sortis des sentiers battus avec la Ballon Bleu 42 mm Serti Vibrant, une montre dont le cadran à la surface mouvante associe joaillerie et métier d’art. Ceux de Dior ont donné une nouvelle dimension à la mécanique qui est tout à la fois un élément fonctionnel et une partie d’un décor. Ici, les plumes, artistiquement disposées, démontrent combien le temps qui s’écoule peut être pris avec légèreté, quand il est bien scénarisé.

Rendez-Vous Ivy Tourbillon
Par Vincent Daveau - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale