Horlogerie

Audemars Piguet Au tempo Millenary

Pour saluer les vingt ans de la collection Millenary, Audemars Piguet en présente une version superbement revisitée. Découverte de cette ligne de garde-temps féminins mariant exigence horlogère et élégance intemporelle.

La tradition a du bon, la modernité aussi. Et quand les deux s’appuient l’une sur l’autre afin de se mettre au service de la féminité horlogère, une alchimie s’élabore. Pourrait-il en être différemment, ceci dit, lorsque cette alliance des contraires est portée par une manufacture aussi réputée qu’Audemars Piguet ? Comment faire autrement au sein d’une maison dont Claude Emmenegger, directeur de la création tout juste nommé, professe qu’il convient de « briser les codes pour révolutionner l’horlogerie » en précisant qu’avant de « bousculer les règles il faut savoir les maîtriser » ? Or cette maîtrise est précisément la ligne de conduite de l’entreprise suisse. Une constante qui plaît, le cercle des adeptes de la manufacture ne cessant de s’élargir. Une permanence que l’on retrouve dans ses différents modèles, et plus particulièrement sa nouvelle collection féminine, la Millenary. Le fond, oui, la forme bien sûr, l’âme et l’élégance en plus.

P

Audemars Piguet

380 Rue Saint Honoré, 75001, Paris Tel : 01 40 20 45 45 www.audemarspiguet.com
Voir l’itinéraire

Les montres mariant beaux volumes et mécanismes de pointe, aujourd’hui les femmes en réclament. Et pour les enchanter plus encore, avec la Millenary 2015 (célébrant les vingt ans d’un modèle culte) Audemars Piguet a décidé de frapper fort. De marquer les esprits, les regards comme l’histoire de la haute horlogerie. Notamment en s’appuyant sur sa légitimité (la manufacture propose des montres mécaniques féminines compliquées depuis 1875) et en faisant subtilement référence, à travers différents détails, à certains modèles ayant jalonné son catalogue. Prenons la nouveauté : élégante, technique, animée par le calibre Manufacture 5201 à remontage manuel aussi svelte, performant que raffiné, elle affirme la beauté de son boîtier ellipse s’adaptant aux formes du poignet, accueille deux cadrans-disques décentrés, des fonds travaillés squelettes, sans oublier, touche féminine s’il en est, des sertissages précieux. Eh bien, ces codes-là, on les retrouve dans certaines montres féminines icônes de la maison. Les références Art déco de la Millenary 2015 (le graphisme des lettres, les jeux de diamants) semblent inspirées de la Tutti Frutti de 1927, qui abritait le plus petit mouvement jamais produit par la manufacture. L’ellipse, on en voit les courbes sensuelles et novatrices dès la fin des années 60, ovales habillant aussi bien des bracelets que des boîtes, souvent sertis de gemmes ou de pierres colorées : c’est visible dans la montre-bracelet elliptique horizontale de 1970, dans celle à médaillons en œil-de-tigre de 1971, et même sur un modèle de poche de la même année poussant l’horizontale à l’extrême. Quant au travail très haute couture des matières et pierres, il rappelle le modèle en or tressé de 1970 avec lunette et bracelet ressemblant à une corde.

Ces références au passé traduisent l’évolution de l’offre Audemars Piguet au fil des années comme celle des attentes féminines. Avant, une montre endiamantée, avec complication, était destinée aux grands moments, aux soirées, aux robes de bal ; aujourd’hui, c’est tout le contraire. Et la ligne Millenary 2015 l’a compris. Un modèle aussi réussi, technique, raffiné, on ne le cache pas, on le montre. On ne le sort pas pour les “grandes occasions” puisque, au contraire, grâce à lui chaque jour promet de grandes occasions. L’exceptionnel ne se porte plus rarement, il devient le bonheur du quotidien. D’où le confort de port inégalé, le mécanisme fiable, le raffinement des formes. Des montres de tout temps et moments pour des femmes indépendantes, de caractère, ayant le goût de l’engagement voilà une philosophie qui n’a pu que séduire Freida Pinto, l’actrice de Slumdog Millionaire devenue ambassadrice d’Audemars Piguet !

 

MIL_77247OR-ZZ-A812CR-01_2_closeup_PR(CMYK)
Par Thierry Billard - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale