Mode

Maison Louis Vuitton Vendôme D’un soleil l’autre

Tout Paris était là. Début octobre, le soleil ornant la façade de la nouvelle Maison Louis Vuitton Vendôme ouverte sur la place du même nom a attiré comme un astre les passionnés de mode et d’art. Découverte et visite de cet espace de haut luxe qui ne désemplit pas depuis son ouverture.

Louis Vuitton sous le signe du V. V comme Vuitton il va sans dire ; V comme Vendôme, évidemment ; V comme Versailles, également. Ouverte le 4 octobre dernier, l’impressionnante Maison Louis Vuitton Vendôme – son intitulé précis dit tout –, située au 2 de cette place aussi mythique qu’historique, est bien plus qu’un nouvel espace dédié à toutes les créations de la marque, plus qu’une boutique, si vaste soit-elle, mettant en valeur le raffinement des sacs, des vêtements, des bijoux, des parfums, des meubles, des montres, de l’homme (liste non exhaustive) du fleuron du luxe à la française.

Ce retour aux sources (installer plusieurs milliers de mètres carrés dans le quartier où les articles de voyage, la mode et la joaillerie se côtoient depuis des siècles, où en 1854 le jeune Louis Vuitton ouvrit son premier magasin, n’a rien d’anodin) semble correspondre ni plus ni moins à un manifeste. Quand une référence de l’élégance comme Louis Vuitton décide de concilier au sein d’un lieu aussi impressionnant son engagement de mécène du temps, son statut de fer de lance du raffinement à la française et son rôle de lanceur de tendances, c’est bel et bien une autre définition du rôle d’une boutique phare qui émerge.

Faire rayonner le luxe à la Française

Et l’on revient aux V évoqués plus haut, ceux de Vuitton, Vendôme et Versailles. Les rapprocher, c’est certes rappeler que la plus belle place de Paris comme le plus beau château du monde ont été imaginés et construits par l’architecte Jules Hardouin-Mansart au XVIIe siècle, donc que la nouvelle Maison Louis Vuitton Vendôme devait s’inscrire dans la continuité de ces références, mais cela nécessite aussi de pousser plus avant la réflexion. S’inscrire dans le prolongement de lieux symbolisant autant l’épanouissement des arts, c’est rendre hommage à l’excellence et, surtout, se l’imposer. C’est faire sienne la nécessité de promouvoir dans le monde entier le savoir-faire et l’artisanat français. C’est se mettre dans les pas du Roi Soleil, dont la vision fut identique, il fallait avoir l’audace de l’envisager.

Eh bien, place Vendôme, Louis Vuitton assume cette ambition majeure. Et ce soleil irradiant de plus de 6 mètres de diamètre qui orne la façade de cet hôtel particulier majestueux le proclame à tous : faire “rayonner” le luxe à la française, la maison en a l’ardente foi. Cette foi, il suffit d’admirer le travail architectural effectué sur et dans les deux hôtels dits Baudet de Morlet et Heuzé de Vologer pour se convaincre qu’elle a déplacé des montagnes autant que des murs. Altérés au fil du temps, ayant vu un escalier du XVIIIe siècle détruit pour construire des bureaux dans les années 80 (un sacrilège quand on y songe), les bâtiments ont été entièrement repensés.

 

P

Maison Louis Vuitton Place Vendôme

2 Place Vendôme, 75001 Paris fr.louisvuitton.com/fra-fr/homepage
Voir l’itinéraire

Luminosité rare, vastes espaces, modernité des aménagements, présence d’oeuvres d’art contemporain, objets anciens et créations actuelles, l’osmose entre le passé et le présent caractérise la Maison Louis Vuitton Vendôme.

Louis Vuitton et l’architecte Peter Marino ont scrupuleusement restitué l’esprit du XVIIIe siècle, avec parquets au cachet d’antan, façade méticuleusement restaurée, soin du détail. Le tout agrémenté d’innovations contemporaines. « Ma philosophie a été d’assortir tout ce qui se trouvait entre les murs d’une esthétique moderne et de restaurer l’extérieur le plus joliment et fidèlement possible, explique Peter Marino. Il y a eu aussi le défi de travailler dans un espace dont la façade possède un grand nombre de portes, fenêtres, vitres, plus que de murs, notamment au rez-de-chaussée. »

L’alchimie passé-présent se voit dès qu’on entre, à travers l’escalier qui dessert les différents étages, construction à la fois très Grand Siècle, par ses formes et sa pierre, et très actuelle avec ses balustrades en verre suspendues par des câbles en inox, le tout accueillant une œuvre de Stephen Sprouse intitulée le Speaker. C’est du reste l’une des caractéristiques de ce bâtiment fastueux : toutes les époques s’unissent en harmonie. L’esprit Louis XIV-Mansart se fond en douceur avec la modernité des étages dédiés aux produits, espaces où tables design, portants en métal sobres, vitrines en verre, fauteuils accueillants jouent la carte du confort, tandis que le message d’innovation s’exprime par la présence de multiples œuvres d’art contemporain.

Il y a « trente-deux œuvres dans les lieux, signées par vingt-deux artistes représentant six continents dont des commandes majeures signées Laurent Grasso, Farhad Moshiri, Annie Morris… », commente Peter Marino, qui évoque aussi les objets en céramique de Jean Lurçat, les photographies de Martin d’Orgeval, les lampes sculptures de Philippe Anthonioz…

« Ces œuvres inspirent pour la plupart la joie et sont placées de manière à rappeler l’architecture du lieu, dit-il. Le shopping se doit d’être un instant joyeux et instructif, il ne doit pas se résumer à quelques clics ennuyeux et mécaniques. » Cette joie, ce bonheur de flâner, d’admirer, mais aussi d’acheter, on le savoure à chaque étage de la Maison Louis Vuitton Vendôme. Parce que le décor y convie.

Le rez-de-chaussée, avec sa lumière naturelle, ses sols à motif échiquier en pierre Croix Huyart et pierre bleue, ses murs ornés de peinture à la colle de peau ou de marqueterie de paille, donne envie de toucher, de prendre entre ses mains les articles de maroquinerie, les accessoires, etc. Et d’aller ensuite à la découverte des pièces dévolues aux textiles et parfums, à celles consacrées à la joaillerie et l’horlogerie. Sur la mezzanine, l’espace Louis Vuitton Homme est tout aussi lumineux : matières naturelles, étagères et stores matelassés de cuir, parquets à chevrons incitent au répit ludique et curieux. L’univers femme, installé dans un cadre spacieux au plafond haut de cinq mètres, propose parquet de Versailles, toiles peintes et murs parcheminés. Dans la salle dédiée au Voyage et à l’art de vivre, au dernier étage, ce sont les bagages, les City Guides, les livres qui sont mis à l’honneur, tandis que des services personnalisés sont proposés aux clients : marquage à chaud des articles, démonstrations des savoir-faire traditionnels de la Maison, etc. Sont aussi, ici, présentés pour la première fois de façon permanente les Objets Nomades créés avec des designers de renom : les Frères Campana, Marcel Wanders, India Mahdavi…

Enfin, a été aménagé un Appartement ouvrant sur la place Vendôme où, sur rendez-vous, on peut admirer un plan de Turgot du XVIIIe siècle, des œuvres de Vik Muniz et une nouvelle malle joaillerie créée pour l’occasion. Vendôme, Versailles, Vuitton… Décidément, d’un soleil l’autre, à travers les siècles la magnificence à la française éclaire le monde du luxe. 

Le Paris des créations et parures exclusives

Dans un lieu emblématique, symbole de l’exclusivité Louis Vuitton, porte-drapeau des savoir-faire multiples que la place Vendôme a toujours incarnés et que la maison française, depuis, ne cesse promouvoir, il fallait offrir des pièces uniques. L’exclusivité, aujourd’hui, est autant une obligation quand on professe et exige le meilleur, qu’une demande des clients. Pour sa nouvelle Maison Louis Vuitton Vendôme, des créations et objets rares ont été présentés.

En sellier renommé, Louis Vuitton a travaillé à une nouvelle reprise-réinterprétation d’une œuvre de la collection Grands Maîtres de la peinture française par Jeff Koons, modèle lancé en avant-première et en exclusivité. Et il a pensé aux férues de sacs en proposant une version de son Capucines disponible uniquement ici, réalisée en cuir de crocodile métallique ombré avec fermoir bicolore en V.

La haute joaillerie n’est pas en reste. Spécialement dessinées et fabriquées pour l’ouverture par l’atelier de haute joaillerie situé dans l’immeuble (une rareté à saluer), trois somptuosités tout en gemmes et carats sont apparues. Inspirées par la récente collection Conquêtes, arborant la Fleur de Monogram et le V, ces colliers et bagues mettent en lumière et éclats tant l’amour de l’artisanat maison que les plus belles pierres. Comme ces spinelles d’un rouge profond animé de reflets framboise, ces émeraudes de Colombie bleu-vert et ces diamants très purs dits D Flawless type IIA.

La haute horlogerie propose l’iconique montre Tambour, dans sa version Moon Tourbillon Volant Poinçon de Genève à mouvement squelette, dotée de 296 diamants. C’est une première mondiale pour une montre certifiée Poinçon de Genève d’incruster entièrement de diamants la boîte et la platine. La magie de l’exclusivité a trouvé sa maison.

Louis Vuitton Haute joaillerie nouvelle boutique vendome
Par Thierry Billard. Photo : Stephane Muratet. - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale