Bistrot

La Haute Cloche, un bistrot de haute volée

Derrière cette enseigne quelque peu énigmatique, se cache le nouveau restaurant ouvert par Jean de Hautecloque, ex-avocat d’affaires fraîchement reconverti dans la restauration, associé à son beau-frère Louis Casanova, cuisinier expérimenté. Si la façade ne paye pas de mine, donnant à la maison des airs de bar de quartier, une fois la porte poussée on découvre un bistrot gourmand discret et plaisant. Le cadre sobre, les tables sans nappe mais avec des serviettes en beau tissu, les rayonnages garnis de livres de cuisine, l’éclairage tamisé et un petit bar où l’on peut installer deux convives créent une véritable atmosphère. Ici, la maison ne fait pas dans le réchauffé et propose une carte sur ardoise changée quotidiennement (et consultable tous les matins sur le site ou sur Facebook) dans un registre bistrotier aussi réjouissant que réussi. Le soir de notre visite, on a ainsi testé une impeccable salade de lentilles à l’échalote, un rafraîchissant gaspacho de tomates et poivrons (9 €), puis un original et inattendu parmentier de saumon et langoustines (24 €) et une capiteuse souris d’agneau aux carottes et raisins confits (23 €). Même registre du côté des desserts à prix unique (9 €), avec un croustillant de framboises et chantilly et une soupe de fraises et glace pistache. Courte, mais jolie carte de vins à prix très sages (à partir de 5 € les 15 cl ou 22 € la bouteille), avec même de très belles affaires, comme ce saint-julien Larose de Gruaud (second vin du Gruaud-Larose) dans le joli millésime 2010 à seulement 65 €. Menu déjeuner à 34 € (28 € si on fait l’impasse sur l’entrée ou le dessert).

De 12 h à 14 h 30 et de 19 h à 22 h 30 • Fermé samedi et dimanche •
Prix moyen : 45 €

P

La Haute Cloche

13 Rue Quentin-Bauchart, 75008, Paris Tel : 01 81 29 89 72 www.lahautecloche.fr
Voir l’itinéraire
Par David Richard et Manuel Mariani. Photo : Julien Tavernier - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale