Champagne

Taittinger Comtes de Champagne Rosé

La distinction d’un vin ne se résume pas qu’à son nom, même si celui-ci est la référence aristocratique d’une région. Mais quand on découvre le Comtes de Champagne Rosé 2006 de la Maison Taittinger, on ne peut qu’applaudir au sacre gustatif que traduit ce vin. La particule de l’un est la noblesse des deux.

Que l’on admire déjà dans la forme de la bouteille, puis dans le verre où est versé ce champagne issu d’une année placée sous le signe de la chaleur. Les 70 % de pinot noir venus des Grands Crus de la Montagne de Reims, 30 % de chardonnay puisés dans la Côte des Blancs se voient et s’entendent presque dès qu’on les verse en flûte. La robe est en effet d’un rose soutenu, les bulles ont une remontée fine et un beau cordon de mousse : on dirait carrément de la dentelle. Au nez, au premier abord, agrumes, orange sanguine apparaissent intenses, avant que des fruits rouges et noirs confits plus matures leur succèdent, suivis de liqueur de cassis et de pâte de coing. Au palais, on est séduit par l’attaque de cerise au sirop, par le milieu de bouche riche, vineux, puis par la finale expressive. Maturité et générosité, voilà le résumé de cette création qui, à vrai dire, me fait littéralement saliver. Et quand un chef salive, il a envie de penser un plat à la hauteur. Pour lui, je milite en faveur du pigeon en pain cuit à l’étouffée dans une croûte de sel, gingembre et thym dont la texture, les saveurs se révèlent fines, délicates, subtiles. Le plat est accompagné de chou croquant, de navet et nappé d’une des sauces canailles et gourmandes que j’adore ! J’en salive, je vous dis.”

Par - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale