Food

Eataly, le meilleur de l'Italie à Paris

En ces temps d’inimitié politique entre la France et l’Italie, il est bien une chose qui met tout le monde d’accord, des deux côtés des Alpes : la perspective d’un bon gueuleton. Eataly ouvre enfin ses portes à Paris, et ça vaut toutes les déclarations de paix !

C’est à Turin qu’Oscar Farinetti fonde le concept Eataly, en 2003, dans cette cité où Carlo Petrini lança le mouvement Slow Food dans les années 80, en réaction à la multiplication des McDo sur les plus belles places d’Italie. Ces deux défenseurs du patrimoine gastronomique ont un autre point commun : ils sont originaires d’Alba, dans le Piémont, une terre riche en produits goûteux, dans laquelle prospère l’un des mets les plus fins de la planète, la truffe blanche. Et les adeptes sont nombreux à se rallier à cette vision du bien manger. Pour preuve, Eataly, c’est aujourd’hui 37 magasins dans le monde et 30 millions de visiteurs annuels. Autant dire qu’il était temps que Paris pousse la porte d’Italie, direction Le Marais, pour nous offrir le meilleur de la Botte. Et c’est avec le groupe Galeries Lafayette, qui détient la franchise exclusive de la marque pour la France, qu’Eataly développe son concept et ouvre son premier magasin à Paris.

Sur 4 000 m2, répartis dans deux bâtiments et sur trois étages, les visiteurs découvrent des produits jamais distribués en France. C’est le cas de 90 % d’entre eux, et c’est la raison pour laquelle outre les sept points de restauration, les huit étals de marchés et l’épicerie fine de 2 500 m2, les lieux disposent également, au premier étage, d’une école de cuisine pour apprendre à les accommoder. Ici, seuls les produits à haute valeur ajoutée ont droit de cité. Ils répondent à plusieurs exigences, dont la juste rétribution du paysan, un prix accessible pour le consommateur et le respect de l’environnement. Artisans, éleveurs, producteurs et consommateurs participent ainsi à la même chaîne vertueuse. « La philosophie Slow Food nous guide au quotidien dans notre politique d’achat. Nous nous fournissons notamment auprès de petits producteurs français pour respecter le principe de circuit court : le lait du comptoir de mozzarella provient par exemple d’une ferme en Auvergne dont les vaches bufflonnes sont élevées en plein air et nourries avec des aliments naturels. Nous souhaitons avant tout faire comprendre au client que la qualité n’est pas forcément plus chère », précisait ainsi à Paris Capitale Thierry Bart, directeur des opérations d’Eataly Paris Marais, lors de son ouverture.

P

Eataly

37, rue Sainte-Croix de la Bretonnerie, 75004, Paris Tel : 01 83 65 81 00 www.eataly.net/fr_fr/magasins/paris-marais/
Voir l’itinéraire

C’est au rez-de-chaussée du bâtiment principal que l’offre est la plus abondante et permet de vivre Eataly du matin au soir. L’Espresso Bar Gelateria accueille les gourmets dès potron-minet, pour un “ristretto” qui délivre en une petite gorgée tout le suc d’un bon jus noir, autour de pâtisseries typiquement italiennes. Le chaland quant à lui viendra remplir son panier au fil des comptoirs de vente à emporter à La Panetteria (boulangerie), La Macelleria (boucherie), à La Salumeria (charcuterie) /antipasti bar, au Mozzarella bar, au Ravioli bar, ou encore à l’espace I Salume I Formaggi. Tous sont orchestrés autour de la Piazza, où déguster une assiette sur le pouce, accompagnée d’un verre provenant du bar à vin. Car Eataly dispose de la plus grande cave de petits et grands crus transalpins de la capitale – L’Enoteca – pourvue de 1 200 millésimes, ainsi qu’une cave à vieillissement pour les fromages et une autre de maturation pour les viandes.

En prime, un marché de fruits et légumes à ciel ouvert, dans la cour, permet d’accéder au second bâtiment, qui abrite un café bien dans l’esprit italien. Le Bar Torino, conjugue plaisirs des yeux – avec un joli point de vue sur le square Sainte-Croix de la Bretonnerie – et légère ivresse, grâce à sa carte grisante pour un apéro prolongé, le lieu ne fermant pas avant 2 heures du matin. Entre deux verres, on pourra se rendre dans l’un des trois restaurants qui déclinent des repas pour toutes les bourses. Les restaurants Pasta et Pizza combleront les envies quotidiennes tandis que l’Osteria del Vino délivrera la quintessence de la gastronomie transalpine.

Par Florence Halimi. Photos : Thibaut VOISIN - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale