Pâtisserie

Cédric Grolet De l’art pur sucre !

Cédric Grolet, chef pâtissier star de l’hôtel Le Meurice, travaille le sucre comme un sculpteur l’argile, avec un sens pictural de la couleur. Il vient d’ouvrir pour le palace parisien, un laboratoire-boutique qui réjouit déjà ses nombreux fans.

Tous les addicts au sucre ont rêvé de succomber aux créations du meilleur chef pâtissier de la planète, distinction accordée à Cédric Grolet par le club des Grandes Tables du monde, et qui s’ajoute aux autres récompenses obtenues depuis trois ans par ce petit prince de la pâtisserie. Mais tous, tant s’en faut, n’avaient pas osé pousser la porte du Meurice, le plus ancien des palaces parisiens, où le jeune trentenaire découvert par Alain Ducasse orchestre les compositions sucrées depuis quelques années.

 

P

Cédric Grolet La Pâtisserie du Meurice par Cédric Grolet

6, rue de Castiglione, 75001, Paris www.dorchestercollection.com/fr/paris
Voir l’itinéraire

Des créations aussi belles que bonnes, ciselées que texturées, qui valent au cuisinier de totaliser 850 000 abonnés sur son compte Instagram, subjugués par le graphisme de ses fruits en trompe-l’œil. Un véritable verger sucré qui restitue au plus que parfait les aspérités des agrumes, les camaïeux veloutés de la pêche, les callosités de la poire, le vert laqué d’une pomme, le carmin soyeux d’une cerise ou le boisé filandreux de la noisette. Mais désormais, ces admirateurs virtuels disposent d’une boutique parisienne pour découvrir les liaisons de saveurs fruitées et de densités qui se cachent sous leur jolie coque.

« Cette boutique donne un accès beaucoup plus large à ma cuisine » confie Cédric Grolet, conscient que le Tea Time du Meurice, complet par ailleurs pour les trois mois à venir, n’est pas accessible au tout-venant. « Je désirais vraiment un lieu fait pour ces amateurs timides, qui connaissent visuellement mon travail et souhaitaient enfin y goûter. » Il faut tout de même prendre son mal en patience dans la file d’attente où languissent jour après jour les gourmands, avant de parvenir au graal, rue de Castiglione, où un pâtissier maison réalise en direct une création “signature”, dans toutes ses étapes de préparation.

Là, dans les odeurs tièdes et fondantes du kouglof, des madeleines et des cookies, les cloches en verre soufflé et les vitrines translucides abritent les cinq créations “signature” du jour. Cet espace a été pensé comme un laboratoire de haut niveau par le collectif d’architectes Ciguë. Ce dernier a tablé sur la sobriété de beaux matériaux – lave émaillée, laiton ciré, pierre des carrières du Hénault – pour relever les couleurs kaléidoscopiques des pâtisseries et des ingrédients bruts présentés dans des bocaux.

 

« L’idée était de mettre toute la lumière sur les créations et les produits, en choisissant pour la déco des lignes lisses et pures, des matériaux simples et “classe” », confirme Cédric Grolet qui inaugure aussi un concept de vente, puisque la boutique reste ouverte tant que toute la production du jour n’a pas été vendue. « Nous sommes cependant forcés d’offrir une production limitée, en raison de la taille du laboratoire du Meurice, utilisé pour les deux lieux, et qui hélas n’est pas extensible.

Pour autant, il y aura deux cartes distinctes. On ne trouvera pas au Meurice ce qu’on trouvera à la pâtisserie. » Il n’y aura que des créations individuelles, les gâteaux à partager, comme le cultissime Rubik’s Cake, devront faire l’objet d’une commande entre 24 et 48 h à l’avance. Quelques heures d’attente supplémentaires pour avoir la chance de ramener chez soi cette douceur régressive qui a fait le tour du monde, et réveillé les souvenirs d’enfance de deux générations.

La Pâtisserie du Meurice par Cédric Grolet.
A partir de midi. Fermé le lundi.

Par Florence Halimi. Crédit photos : pmonetta. - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale