Thématique

Les affinités artistiques

Lors de l’inauguration de sa maison de couture en 1947, de nombreux artistes et collectionneurs sont venus admirer les créations de celui qu’ils avaient connu galeriste quelques années auparavant. Christian Dior se souvient des artistes et des jeunes talents qu’il exposait dans ses galeries en dessinant ses premières robes haute couture, inspirées par les oeuvres de Picasso, Braque ou encore Bérard. Un lien qui se poursuit tout au long de l’histoire de la Maison et que Monsieur Dior lègue à ses successeurs.

Ainsi, pour sa collection de 1984, Marc Bohan réinterprète le drip painting de Jackson Pollock et, en 1995, Gianfranco Ferré traduit en couture la figure de l’Arlequin de Cézanne. Sous l’ère John Galliano, les allusions artistiques se font également nombreuses, notamment avec l’ensemble Shéhérazade de 1998 qui fait écho à l’orientalisme de Léon Bakst et des Ballets russes. Le créateur britannique évoque le surréalisme et se penche sur l’amitié de Christian Dior avec Dalí et Jean Cocteau. À travers ses collections, il célèbre Picasso avec un costume d’Arlequin qui évoque les périodes bleue et rose de l’artiste espagnol, et rend hommage à Christian Bérard et à ses traits vifs rehaussés de noir. Raf Simons se rapproche à son tour de l’art contemporain par une collaboration avec l’artiste californien Sterling Ruby. Ensemble, ils revisitent la série des Spray Paintings en une collection de robes où la couche picturale est transposée en satin imprimé sur chaîne. Le créateur belge poursuit son exploration de l’art avec deux robes aux couleurs pastel, inspirées de l’oeuvre de l’artiste américaine Agnes Martin.

Retrouvez les différentes thématiques ici.

Par Dior. Photo : Adrien Dirand - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale