Evénement

EIFFEL, le film évènement qui révèle le visage de la dame de fer

La construction de la tour Eiffel sert de trame à ce somptueux film d’époque aux décors et costumes incroyables. Ce long métrage mêle vérité historique et fiction pour raconter ce projet fou et une histoire d’amour contrarié. Gustave Eiffel, interprété par Romain Duris, donne corps à ce personnage aux idées visionnaires et à la fragilité exacerbée dans sa vie privée. Majestueux.

Et si la tour Eiffel devait son existence à une fougueuse histoire d’amour ? Incroyablement romanesque cette épopée spectaculaire, (24 millions d’euros) aux effets spéciaux saisissants, réalisée par Mathieu Bourboulon réenchante Paris. Gustave Eiffel, incarné par Romain Duris, vit en parallèle le chantier titanesque de la construction de la tour et le retour de son amour de jeunesse dans sa vie, Adrienne Bourgès jouée par Emma Mackay, après une séparation restée en suspens pendant vingt ans. Cette passion nourrira son audace et son envie d’éblouir celle qui occupe son esprit. Emma Mackay (Adrienne Bourgès) – révélation franco-anglaise de 24 ans, star de Sex Education (Netflix) et comédienne courtisée par Hollywood – sert de déclic à cet architecte qui accepte de relever ce défi fou de construire une tour impressionnante pour l’Exposition universelle 1889. « Dès le départ, confie Romain Duris, on pense à un entrepreneur aussi visionnaire qu’un Steve Jobs de nos jours aux idées plus grandes que lui, le tout raconté de manière puissamment romanesque. » Entre faits historiques – Eiffel refuse d’abord le projet au profit du métropolitain jugé plus moderne – et fiction amoureuse nourrie de flash-back, l’ampleur cinématographique est saisissante. Décors sensationnels, costumes chic et émouvants – manches retroussées, cols ouverts, détails en jeans… – et scénario ciselé dépoussièrent le film d’époque avec une ambition grandiose. Bravant la colère du Pape craignant que la tour de 300 mètres de haut ne fasse de l’ombre à la cathédrale Notre-Dame, celle des riverains qui l’exècre tout comme le gouffre financier que sa construction implique, Gustave Eiffel harangue les foules pour motiver les politiques de l’intérêt de ce projet, les ouvriers et l’opinion publique tandis que dans sa vie il souffre d’une fragilité causée par son amour impossible. Obsédé par la façon de relier les quatre pieds de cette tour, il invente un système de rivets révolutionnaire. La construction de la tour est aussi importante que l’histoire d’amour et « c’était un coup de génie de parier sur Emma Mackey ! » s’exclame Romain Duris. « Elle possède une intelligence de jeu et une incroyable maturité. Aussi à l’aise dans l’énergie physique de la gaieté que dans l’émotion pure de scènes plus dramatiques. » Fresque majestueuse sur le génie français, ce film nous apprend les ressorts de cette construction pleine de surprises comme cette forme en A en hommage à sa muse Adrienne, à son Amour impossible et à l’envie d’y installer dès l’origine un restaurant où danser. Rouge lors de l’inauguration de l’Exposition universelle, la splendeur de cette tour change l’horizon de Paris pour l’éternité. « Ce monument est magique ! Gamin et encore aujourd’hui dès que je passe devant je suis fasciné », confie Romain Duris, interprète magistral de cet « ingénieur artiste qui se réfugie dans son œuvre et arrive au terme de son projet comme si c’était une déclaration d’amour. » Ainsi, comme le monde entier qui a acheté les droits du film Eiffel, vous ne verrez plus jamais cette tour comme avant…

romain duris et emma mackey
Emma Mackey : « Mon innocence a été mon atout majeur ! »

Comment avez-vous choisi d’interprétrer le rôle d’Adrienne ?

Mathieu Bourboulon souhaitait réaliser un film d’époque ni guindé ni rigide. J’ai beaucoup travaillé sur la manière de se mouvoir et de parler d’Adrienne. Adulte en 1886-1889, elle est plus réservée – bien qu’elle se libère au fil de ses retrouvailles avec Gustave Eiffel – qu’adolescente où elle est solaire. La distinction devait être claire sans avoir recours aux prothèses ni au vieillissement artificiel. Sa façon de se tenir a été une clé décisive.

Comment est née l’alchimie avec Romain Duris ?

Je l’ai rencontré au festival Cannes Séries en 2019. J’étais membre du jury, il présentait Vernon Subutex dans lequel il jouait. En off de cet événement, Martin Bourboulon nous a demandé une lecture de son prochain film Eiffel. Aussitôt, l’alchimie entre Romain et moi a été immédiate ! Romain est un acteur fantastique, expérimenté, jamais écrasant, sa pudeur et sa sensibilité nourrissent une innocence dans son travail. Et sa générosité dans cette aventure bluffante a été essentielle.

Le tournage d’Eiffel a été interrompu par le Covid et vous tourniez en parallèle la deuxième saison de Sex Education, comment avez-vous vécu ce tourbillon ?

Eiffel est arrivé comme un énorme cadeau. Tout se chevauchait mais c’était tellement galvanisant ! Je mesurais ma chance de tourner la semaine Sex Education en Angleterre et le week-end de me retrouver à Paris dans la peau d’Adrienne qui me faisait rêver ! À un moment ton corps t’impose de dormir et il faut savoir trouver un équilibre. Mais quel privilège énorme de vivre ces deux mois à fond la caisse !

Emma Mackey eiffel film
Par Sylvie Gassot - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale