Evénement

Une nuit au musée avec La Vallée Village

En partenariat avec la Réunion des Musées Nationaux-Grand Palais, le temple du shopping de la mode et du luxe présente une Soirée « Exceptionnelles» au musée du Luxembourg, à Paris.

A l’occasion de la Nuit Européenne des musées, le 3 juillet, Emmanuelle Delanoë, directrice générale de La Vallée Village, passionnée d’art (elle joue de l’alto, danse et dessine), signe la Soirée « Exceptionnelles », proposée dans le cadre de l’exposition « Peintres femmes, 1780-1830. Naissance d’un combat » au musée du Luxembourg (1) à Paris. De 20 h à 1 h du matin, les visiteurs seront immergés dans une ambiance musique live « enveloppante », conçue en collaboration avec des musiciens et interprètes contemporains. Le parcours, décliné en récitals de piano et interludes, met à l’honneur cinq compositrices de nationalités et d’époques différentes, de Clara Schumann à Björk, qui dialogueront d’une manière originale avec les œuvres exposées. Ce « moment magique » est libre d’accès, sur simple réservation.

Musée du Luxembourg

Rue de Vaugirard, 75006 museeduluxembourg.fr/fr
Voir l’itinéraire

Trois questions à Emmanuelle Delanoë

Paris Capitale : Comment est née l’idée de ce partenariat entre La Vallée Village et la RMN-Grand Palais ?

C’était en 2015, à l’occasion d’une rencontre amicale avec l’équipe du Grand Palais, autour de la très belle rétrospective Élisabeth Louise Vigée Le Brun, qui faisait aussi un lien avec la mode au travers du célèbre portrait de Marie-Antoinette, représentée en simple robe de mousseline – un scandale à l’époque, mais la souveraine lançait la tendance de la chemise blanche en France et dans toute l’Europe aristocratique ! Au même moment, je faisais la connaissance de l’orchestre Le Balcon à qui j’ai demandé de se produire lors d’une soirée privée musicale au sein même du musée…Depuis, avec l’institution, nous collaborons autour de nombreux événements, du simple mécénat, à la création de spectacles, jusqu’à la réédition, il y a deux ans, et grâce au remarquable travail des ateliers d’art de la RMN-Grand Palais, du recueil « FACILE », en fac-similé, de photographies de Man Ray illustrant les poèmes de Paul Éluard en hommage à sa femme Nusch.

Il semblerait que vos actions de mécénat mettent souvent en valeur des femmes artistes…

Il est vrai que les projets que j’ai menés rendent souvent hommage à des femmes d’exception ayant réussi à s’affirmer en tant qu’artistes accomplies. Ou inspiratrices de génie, comme en 2019, dans le cadre du festival pluridisciplinaire « Les Muses de Montparnasse » à Columbia University Paris, autour de la photographe Lee Miller, de la compositrice de jazz Blossom Dearie, de la chorégraphe Isadora Duncan, pour ne citer qu’elles. Idem pour la soirée « Exceptionnelles », ce 3 juillet, qui fera également dialoguer entre elles les créations de grandes peintres et de compositrices ayant marqué leur époque. Toutefois, au contact des univers extraordinaires d’Irving Penn et de Man Ray dont j’ai soutenu les rétrospectives respectives au Grand Palais, j’ai pu réaliser à quel point le patrimoine artistique est souvent lié à de grands noms mythiques de la mode et du luxe, dont certains excellent toujours en la matière, et que nous avons la chance de présenter à La Vallée Village.

Qu’aviez-vous en tête pour cette soirée « Exceptionnelles » ?

Avec l’accord de la commissaire d’exposition, Martine Lacas, et de concert avec les artistes invités, j’avais le désir de proposer une véritable immersion, qui envelopperait le visiteur tout au long d’un parcours musical live et inédit, mêlant aux Caprices en forme de valses de Clara Schumann (contemporaine des peintres exposées), des œuvres du XXe siècle de Lili Boulanger et de Mel Bonis, ainsi que des créations très actuelles de deux compositrices visionnaires de notre époque, Laurie Anderson et Björk. Ce moment magique, qui a pris un an de préparation, sera rendu possible grâce à deux artistes très talentueux, la pianiste Sarah Ristorcelli, et le guitariste-compositeur, passionné de musique électronique, Giani Caserotto, qui a également conçu des interludes, destinés à faire le lien entre toutes ces œuvres, tel un cheminement secret entre toutes ces grandes compositrices et leurs consœurs peintres exposées.

Tableau : Marie-Denise VILLERS, épouse LEMOINE (Nisa VILLERS), Etude de femme d’après nature, dit aussi Portrait de madame Soustras, 1820, huile sur toile, 146 x 114 cm, Paris, Musée du Louvre.  Photo © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Jean-Gilles Berizzi

Informations pratiques : 

Samedi 3 juillet 2021, de 20 h à 1 h du matin, dernière entrée à 00h30

Programme détaillé sur https://museeduluxembourg.fr

www.lavalleevillage.com

LA VALLEE VILLAGE BOUTIQUES LUXE
Par Mireille Sartore. Crédit photo : Laure Bernard - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale