Exposition

Chaumet, Voyage au coeur de l’empire

Dans ses salons historiques, Chaumet célèbre le bicentenaire de la mort de Napoléon au fil de l’exposition “Joséphine Napoléon, une histoire (Extra)Ordinaire”. L’histoire lie intimement Napoléon et Joséphine au joaillier. Le fondateur de Chaumet, Marie-Étienne Nitot, se fit en effet remarquer par Napoléon, alors Premier Consul, en retenant dans la rue la bride de son cheval en train de s’emballer. Reconnaissant, le futur empereur lui confia la réalisation de son épée consulaire sertie du fameux diamant Le Régent, puis des joyaux pour son  couronnement et celui de Joséphine, elle-même déjà cliente. N’est-elle pas apparue  coiffée d’un diadème à feuilles de laurier sacrant (si l’on peut dire) à son tour Nitot comme joaillier officiel de l’Empire, scellant les liens de la maison avec le pouvoir ? Cette exposition revient sur les moments forts de la vie du couple dont le fondateur de Chaumet fut le témoin privilégié. Sous le commissariat de Pierre Branda, historien spécialiste du Consulat et du Premier Empire, directeur du service patrimoine de la fondation Napoléon et auteur du livre de référence Joséphine. « Le Paradoxe du cygne« , plus de cent cinquante pièces de joaillerie, tableaux signés par des grands maîtres de la peinture, objets d’art rarissimes, lettres ou documents d’arts graphiques, dont certains très rarement dévoilés au public, retracent les temps forts de leur amour, tout en évoquant en filigrane l’histoire du joaillier.

“Joséphine Napoléon, une histoire (Extra)Ordinaire“ jusqu’au 12 juin. Chaumet. Entrée gratuite.

Par Fabrice Léonard - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale