Spectacles

La Bayadère de Rudolf Noureev ce joyau du répertoire fait à nouveau faire vibrer l'Opéra Bastille.

Ultime oeuvre d’une vie tout entière consacrée à la danse, La Bayadère de Rudolf Noureev est devenue l’un des joyaux du répertoire du Ballet de l’Opéra national de Paris. Créée en 1992, La Bayadère raconte, dans une Inde fantasmée avec éléphant, tigre et palanquins, les amours contrariées de la danseuse Nikiya et du noble guerrier Solor, promis à la redoutable Gamzatti.

La version originale en trois actes et une apothéose (4e acte) finale, met en scène, en Inde, les conflits classiques du ballet romantique mêlant amour, jalousie, intrigues, meurtre et vengeance. Dans l’apothéose, l’épilogue du ballet, Solor le guerrier hindou appartenant à la caste noble après sa vision du royaume des Ombres, est contraint d’épouser Gamzatti. La prophétie vengeresse de la bayadère se réalise alors : un terrible orage éclate et le palais s’écroule sur les invités de la noce, engloutissant rajah, grand brahmane, Gamzatti et Solor. La bayadère Nikiya et son guerrier bien-aimé accèdent, unis pour l’éternité, aux paradis des félicités. La femme amoureuse triomphe du tourment terrestre et délivre l’homme des fautes et des entraves liées à sa condition de mortel.  À l’instar du deuxième acte de Giselle, lorsque les Wilis se livrent à leurs rites nocturnes, les bayadères font de même dans leur « Royaume des Ombres ». Ce n‘est qu’au terme de sa carrière que Rudolf Noureev réalisa son projet de revenir aux sources de la Bayadère   en recomposant le ballet en entier avec variations virtuoses et grands mouvements d’ensemble. Le célèbre Royaume des Ombres à l’acte III est considéré comme un sommet de l’art chorégraphique. Dans cette somptueuse production, le public retrouvera la nouvelle danseuse étoile du Ballet l’opéra National de Paris, Sae Eun Park (en alternance avec Laura Hecquet) qui possède le magnétisme naturel des grandes solistes. Bras longs et moelleux, petits coups de tête,  discrets mouvements du poignet, tout son corps possède la grâce et la délicatesse d’une elfe. Récemment nommé en 2020, le danseur étoile Paul Marque (en alternance avec Germain Louvet) sera lui aussi très attendu. Autant pour ses pirouettes et ses sauts aériens qui vous collent des frissons, jusqu’au final du dernier pas de deux, dans lequel les deux danseurs étoiles sont liés par une longue écharpe blanche. Une scène spectaculaire qui achève l’œuvre dans un silence glaçant et mortifère. Costumes colorés de Franca Squarciapino, décors luxuriants d’Ezio Frigerio, somptueuses lumières de Vinicio Cheli, ici tout concourt à la féerie. Si on vous dit que la direction d’orchestre est confiée à Ernst van Tiel, ces 21 nouvelles représentations devraient à nouveau récolter les faveurs du public.Pensez à réserver.

du 02 avril au 06 mai 2022

La Bayadère Ballet en trois actes, Musique : Ludwig Minkus, Livret : Marius Petipa Serguei Khoudekov, Chorégraphie : Rudolf Noureev, Direction musicale : Ernst van Tiel, Musique réalisée par : John Lanchbery, Mise en scène : Rudolf Noureev, Décors : Ezio Frigerio, Costumes : Franca Squarciapino, Lumières : Vinicio Cheli, Danseurs: Nikiya : Sae Eun Park, Solor : Paul Marque, Gamzatti : Valentine Colasante, L’ Idole dorée : Marc Moreau, L’ Esclave : Audric Bezard, Le Rajah : Arthus Raveau, Le Grand, Brahmane : Florimond Lorieux, Manou : Silvia Saint-Martin, La Nourrice : Miho Fujii , Le Fakir : Francesco Mura, La Soliste Indienne : Aubane Philbert, Le Soliste Indien : Sébastien Bertaud, En alternance avec : Nikiya : Laura Hecquet, Solor : Germain Louvet, Gamzatti : Héloïse Bourdon, L’ Idole dorée : Pablo Legasa, L’ Esclave : Jérémy-Loup Quer, Le Rajah : Arthus Raveau, Le Grand Brahmane : Jean-Baptiste Chavignier, Manou : Aubane Philbert, La Nourrice : Lucie Mateci, Le Fakir : Francesco Mura, La Soliste Indienne : Pauline Verdusen, Le Soliste Indien : Cyril Mitilian

Opéra Bastille

Pl. de la Bastille, 75012 Paris www.operadeparis.fr/
Voir l’itinéraire
Par Jean-Christophe Mary - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale