Spectacles

Tosca, Giacomo Puccini, Opéra Bastille Une somptueuse production signée Pierre Audi !

Après un an et quatre mois d’interruption pour cause de Covid, l’œuvre de Giacomo Puccini fait son grand retour à l’Opéra Bastille.

C’est sous une salve d’applaudissements nourris de cris de joies enthousiastes que les spectateurs masqués ont applaudi hier soir la seconde de sept représentation de cette Tosca programmée jusqu’au 25 juin. Une fresque historique à laquelle le metteur en scène Pierre Audi confère la profondeur Wagnérienne d’un huis clos où la psyché humaine est mise à nu, révélant un drame passionnel articulé autour d’évènements historiques. Rome, juin 1800. Les troupes françaises ont instauré en 1798 une « République romaine ». Ferdinand Ier des Deux-Siciles et son épouse, la reine Maria Caroline, aidés des Anglais, reprennent la ville l’année suivante, et le baron Scarpia est chargé de mettre sur pied une police secrète. C’est sur cette toile de fond que se joue le mélodrame entre la cantatrice Floria Tosca,  le peintre Mario Cavaradossi et le chef de la police le baron Scarpia. Crée en 2014, reprise en 2016 et 2019, cette somptueuse mise sen scène de Pierre Audi, d’une fidélité absolue au livret de Giuseppe Giacosa et Luigi Illica, adpatée du livret de Victorien Sardou, traverse le temps sans prendre de rides. Le rideau s’ouvre sur un gigantesque crucifix noir anthracite qui symbolise la puissance du baron Scarpia autour duquel s’articule l’église Sant’Andrea della Valle avec ses fresques, sa Madone et son bénitier. Sur les actes 2 et 3 on retrouve cette croix de bois suspendue inclinée dans le ciel tel un aigle immense au dessus du palais Farnese sur et la terrasse du Château Saint-Ange et plane au-dessus d’un paysage abandonné comme dans un film de Pasolini.

Opéra de Paris

Place de la Bastille 75012 Paris Tel : 01 71 25 24 23 www.operadeparis.fr/
Voir l’itinéraire

Voilà pour ce décor wagnérien qui fait ressortir la vérité des personnages dans toute leur démesure. Côté solistes, cette nouvelle série de représentation réunit sur un même plateau une flopée de pointures lyriques. La soprano italienne Maria Agresta campe une Floria Tosca colossale, tranchante dans l’aigu, confondante dans le grave. Impériale et impérieuse, elle est se montre tout en nuances, exprime une variation d’intensité et montre la même présence et la même acuité au cours des trois actes. Toujours aussi impeccable, Ludovic Tézier (Le Baron Scarpia) reprend le rôle qu’il avait interprété en 2014 sur cette production. On ne peut que saluer cette belle endurance où il fait preuve d’autorité dès le premier acte notamment dans le « Te Deum » quand  Scarpia exprime sa volonté de soumettre Tosca à ses désirs en se servant de sa jalousie. De sa puissante voix de baryton, Ludovic Tézier se montre aussi raffiné que sadique en utilisant toutes la palette des émotions, passe d’intonations perverses, aux chuchotements, de sifflements aux rugissements à travers un jeu parfait. La ténor Michael Fabiano, l’un des grands interprètes du répertoire Verdien , livre une prestation qui monte en puissance tout au long de l’histoire et donne vie à un Mario Cavaradossi attachant, courageux qui défie son bourreau dans un air de grande bravoure. L’américain possède une signature vocale identifiable dès les premières mesures. Il irradie la scène de ses attaques veloutées avec belles inflexions aérienne dans le phrasé. La direction d’orchestre confiée aux talentueux chef Carlo Montenaro obtient lui les faveurs du public, une véritable ovation à la reprise de chaque acte jusqu’aux saluts. Si on ajoute à cela la musique imposante et majestueuse de Puccini, de splendides costumes et décors signés Christof Hetzer, ces sept nouvelles représentations raisonnent déjà aux airs de triomphe.

Renseignements et réservations : https://www.operadeparis.fr/– Jusqu’au 25 juin 2021- Melodramma en trois actes (1900)

Musique :  Giacomo Puccini – Livret : Giuseppe Giacosa – Mise en scène : Pierre Audi -Décors : Christof Hetzer – Direction musicale : Carlo Montanaro – Costumes : Robby Duiveman – Lumières : Jean Kalman – Dramaturgie : Klaus Bertisch – Chef des Choeurs : Alessandro Di Stefano.

Tosca-Vincent-Pontet-Opéra-de-paris
Par Jean Christophe Mary - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale