Promenade

Des fêtes cinq étoiles dans les hôtels

Décors enchanteurs, menus étoilés cousus mains, brunchs et tea-time d’exception, mises en beauté et réveillons festifs jusqu’au bout de la nuit… Les grands hôtels se mettent en quatre pour enchanter, régaler, surprendre et détendre leurs visiteurs.

Des sapins gigantesques dans des couleurs flamboyantes, des paquets joliment empaquetés à leur pied, des guirlandes scintillantes, des cerfs au bois majestueux sur des décors de boules or ou noir, les palaces rivalisent d’ingéniosité pour transformer leur lobby en une féerie de Noël, digne des plus beaux contes. Pour parfaire cette atmosphère du Grand Nord, pays du Père Noël comme chacun sait, les cabanes de trappeurs et les chalets de montagne, les pistes de glace prennent possession des lieux. La magie opère même avant de passer le seuil comme au Ritz Paris qui a installé un chalet sur la place Vendôme, afin que chacun profite du spectacle et des douceurs festives du chef pâtissier François Perret, dont le mythique chocolat chaud. Le premier week-end de janvier, dédié à L’Épiphanie, permettra à trois chanceux de repartir avec l’une des galettes contenant une fève dorée à l’or fin.

Le Royal Monceau-Raffles Paris pousse loin la magie, en se transformant en Royal Marché jusqu’à la mi-février. Un décor de fête foraine avec roue, manège et auto-tamponneuses accueille les hôtes pour les conduire jusqu’aux trois chalets installés dans le patio où se régaler de douceurs sucrées, de tapas tout en dégustant l’un des champagnes Veuve Clicquot, et réaliser quelques achats de saison dans l’épicerie éphémère. Quant au Four Seasons George V, il a revêtu ses habits de lumière grâce à Jeff Leatham, son directeur artistique, qui poste dans le lobby des cerfs rutilants facettés, comme des vigies ouvrant sur une scénographie en or et noir. Cet accord parfait sublime la décoration jusqu’à la Cour de marbre qui propose une expérience numérique en immersion. C’est aussi le tableau idéal pour les ateliers créatifs et gourmands destinés aux enfants. Des enfants que le Plaza Athénée met à la fête en installant une véritable patinoire de 100 m2 bordée d’un chalet où manger une gaufre minute, tandis que leurs parents se délecteront des douceurs de saison signées Angelo Musa dans la Galerie. Le programme est sensiblement identique au Peninsula Hotel, Paris, qui transforme la Terrasse Kleber en village enchanté, avec maison en pain d’épices, distribution de chocolat chaud pour les petits, homard et mets froids de saison pour les plus grands. Le palace joint l’utile à l’agréable en reversant une partie des bénéfices de certaines prestations (vente de décorations de Noël, tea time et cocktail de Noël) aux Orphelins d’Auteuil. De son côté, le Lutetia invite les parents à étrenner l’Afternoon Tea festif du chef pâtissier Nicolas Guercio, pendant que les plus jeunes libèrent leur imagination lors d’ateliers créatifs et récréatifs.

plaza-athenee-paris-noel-chalet-patinoire-2019

Si le chalet, image d’Épinal des fêtes de la Nativité, est revisité par de nombreux hôtels, il se voit réinventer par Le Fouquet’s Paris, qui installe une bulle de Noël inédite sur la terrasse du Joy. De son côté, le Park Hyatt Paris-Vendôme choisit de planter un décor décalé de ruée vers l’or sur sa terrasse d’hiver. Point culminant de l’attraction, une cabane façon refuge rustique accueille les chercheurs de trésors gourmands : raclette montagnarde de Jean-François Rouquette, tea time d’exception ou galette des rois, dont l’une des quarante qui seront mises en vente à emporter renferme une vraie pépite d’or !

Le Bristol, qui a inauguré sa propre chocolaterie, met en vente (au Café Antonia) un coffret de 25 chocolats en édition limitée, élaborés par le chef chocolatier Johan Giacchetti et le champion du monde de pâtisserie Julien Alvares. De son côté, Eric Frechon, chef trois étoiles d’Epicure, a taillé des menus sur mesure pour transformer les réveillons du Bristol en apothéose gustative. Car côté tables, les palaces mettent en mouvement un ballet d’étoiles, tout un état-major de la gastronomie et de la pâtisserie qui œuvrent en cuisine dans le seul but de mettre nos papilles en fête : Romain Meder et Jessica Préalpato au Plaza Athénée, Pierre Gagnaire et Nicolas Paciello au Fouquet’s, Jocelyn Herland et Cédric Grolet au Meurice, Thierry Marx et Adrien Bozzolo au Mandarin Oriental, Christian Le Squer et Michaël Bartocetti au George V… Tous rendent hommage aux terroirs dans une profusion de produits prodigieux, finement travaillés. À La Réserve, Jérôme Banctel, aux commandes du 2 étoiles Le Gabriel, inaugure notamment une formule pour le déjeuner célébrant Noël en cinq plats, ainsi que deux brunchs exceptionnels (à La Pagode de Cos) les 25 décembre et 1er janvier. Idem au Shangri-La Hotel, Paris, où Christophe Moret met en musique une partition en huit plats festifs, chaque soir de la seconde quinzaine de décembre. Le chef de L’Abeille (2 étoiles) a également concocté des menus très spéciaux pour les deux réveillons qui exaltent la crème de la terre et de la mer.

Le Meurice crée une atmosphère Black Bar du 16 au 31 décembre au Bar 228 pour prolonger les longues soirées d’hiver entre amis autour d’une carte snacking entièrement revue et d’un inédit cocktail signature Midnight in Paris.

Pour passer en beauté ces jours de fêtes, les spas et instituts de beauté de chaque établissement ont élaboré un planning aux petits soins. Le Lutetia en a fait un compte-à-rebours sensuel avec son Calendrier de l’Avent Expérientiel Akasha, qui décline une prestation exclusive chaque jour, jusqu’au 25 décembre, avec à la clef la possibilité de remporter un abonnement au lieu. Le Mandarin Oriental, Paris propose une carte conjuguant bien-être et bonne chère avec un soin signature Oriental Essence d’une heure vingt suivi d’un Winter Tea Time au champagne. Et bien sûr comme chaque année, la paisible terrasse du bar 8 revêt les couleurs d’une marque, en l’occurence pour cet hiver la prestigieuse marque de whisky Glenfiddich où le chef barman Judicaël Noël vous abreuvera de ses cocktails exclusifs. Car pour paraphraser l’adage, « après le réconfort… le réconfort ! ».

palace-mandarin-oriental-paris-noel-decoration-menu-tea-time
Par Florence Halimi. Photos (ordre des photos) : Alexandre Tabaste / Pierre Monetta / Skiss Photo / Guillermo Aniel-Quiroga / Caspar Miskin Photography /Alexis Anice - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale