Shopping

Fred Des bijoux précieux dans un écrin joyeux

Le joaillier Fred s'offre une adresse prestigieuse rue de la Paix. Pensé comme une maison, ce nouvel écrin accueille des créations précieuses et sophistiquées qui inspirent la joie de vivre.

Pour le tout dernier flagship du joaillier Fred, l’ architecte Hubert de Malherbe a marié la préciosité d’un métal teinté or rose encerclant les vitrines à une façade blanchie et percée d’arches voilées d’un textile métallique filtrant la lumière comme des persiennes, dans l’esprit des maisons qui bordent la Riviera. Logique lorsque l’on sait que Fred Samuel, le fondateur de la maison de joaillerie, nourrissait une passion folle pour le Sud, la Méditerranée, l’éclat particulier du soleil et le camaïeu de couleur aqua qu’on y trouve. D’où, une fois la porte franchie, des touches de bleu profond ici et là, des murs striés rappelant les plis de l’eau bercée par le vent et ceux laissés sur le sable. Et, surtout, sous un plafond haut de sept mètres, un immense soleil en métal scintillant. « Parfaitement exposée à l’ouest, la boutique permet de jouer avec la lumière pour sublimer encore davantage les bijoux », précise Hubert de Malherbe. Les volumes impressionnants pourraient donner le vertige ; ils sont pourtant accueillants et chaleureux, comme le serait l’entrée d’une grande maison de famille. D’ailleurs, plus loin, une fresque retraçant l’histoire de Fred Samuel rappelle que nous ne sommes pas dans une simple boutique. En effet, les équipes proposent de visiter les deux salons de réception et la bibliothèque, situés dans les étages et au sein desquels sont exposés œuvres d’art, livres, mobilier signé, objets et pièces de joaillerie et photos d’archives comme un miroir en nacre ou un collier en or et pierres précieuses.

P

Fred

14 rue de la Paix 75002 Paris Tel : 01 42 86 60 60 www.fred.com
Voir l’itinéraire

Pour fêter cette ouverture, Fred dévoile une foule de nouveautés : la sublime collection Une Île d’Or évoque les écailles d’une sirène, en or jaune ou blanc, lisses ou pavées de diamants, superposées et posées en quinconce sur des pendentifs articulés, des manchettes et des bagues à simple, double ou triple rang. La désormais célèbre bague Pain de Sucre sort dans une version épurée, sans diamants, sobrement ceinturée d’or jaune, gris ou rose : les lignes paraissent encore plus graphiques, prêtes à être portées au quotidien, à l’annulaire ou au majeur évidemment, mais, pourquoi pas aussi, à l’auriculaire, à la façon d’une chevalière. En prime, comme son aînée, cette nouvelle version autorise les coups de cœur grâce à un système de pierres interchangeables en lapis-lazuli, turquoise, quartz rose, calcédoine, topaze, améthyste ou citrine. « C’est un bijou précieux, mais qui ne se prend pas au sérieux », explique Rachel Marouani, la présidente de Fred. Sans oublier la collection Belles Rives qui joue sur deux couleurs dominantes : le bleu composé de topazes bleues et de chrysoprases ou en version rose en quartz, améthystes et rhodochrosites. Ces pierres sont taillées comme des galets à la transparence magique. Enfin, une place de choix est faite à Force 10, le bracelet iconique du joaillier. Né en 1966 de la passion des Samuel père et fils pour la voile, Henri Samuel détourne en bijou un câble tressé selon la tradition de la corderie royale, avec une manille de bateau en guise de fermoir. À l’époque, Fred a le génie d’associer deux matières inédites en joaillerie : l’or et l’acier. En 2015 et dans la nouvelle boutique rue de la Paix, il est désormais personnalisable de mille manières : câbles en acier, en or rose ou jaune, cordes allant du jaune fluo au kaki intense en passant par une vingtaine d’autres couleurs, s’unissent à neuf manilles en or lisse, pavé ou semi-pavé de diamants.

02-11-15_1002
Par Fabrice Léonard - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale