Musée

Ouverture du musée Yves Saint-Laurent Voyage au cœur de la création

Depuis le 3 octobre, l’hôtel particulier du 5 avenue Marceau dévoile l’exceptionnelle collection Yves Saint Laurent. Le couturier, qui travailla dans ces lieux mêmes de 1974 à 2002, avait décidé de conserver dès ses débuts tous ses prototypes. Dans ces espaces, hantés par l’aimable fantôme d’un génie qui a bouleversé l’art de la mode, croquis, esquisses, vêtements et objets personnels donnent la mesure du talent d’Yves Saint Laurent.

L’immeuble de la maison de haute couture, créée par Yves Saint Laurent (1936-2008) et fermée en 2002, est devenu le siège de la Fondation Pierre Bergé -Yves Saint Laurent où ont été organisés depuis des expositions en lien, évidemment, avec YSL. Sur plus de 450 m² de cet hôtel particulier Second Empire, la scénographe Nathalie Crinière et le décorateur Jacques Grange ont conçu un parcours de visite dans un cadre rénové par l’agence d’architecture Jean-Michel Rousseau. On passe ainsi des anciens salons haute couture aux salles d’exposition : une cinquantaine de modèles, des accessoires, des photographies, des vidéos et divers documents sont mis en avant dans de petits espaces. Ce qui est déjà en soi ébouriffant s’accompagne de la découverte du studio d’Yves Saint Laurent, là où il donnait libre cours à son imagination.

P

Musée Yves Saint Laurent-Paris

5 Avenue Marceau, 75116, Paris Tel : 01 44 31 64 00 www.museeyslparis.com
Voir l’itinéraire

« Nous avons cherché à valoriser autant le bâtiment que les collections, explique Olivier Flaviano, directeur du musée. L’idée est que le visiteur retrouve l’ambiance qui y régnait. Ainsi y rentre-t-on par l’accès principal emprunté par Saint Laurent et ses clientes pour accéder notamment à des pièces historiques conservées en l’état, les salons haute couture et le studio, lequel n’a jamais été ouvert à la visite libre jusqu’à présent. Vous y voyez des croquis, des objets personnels, des livres, des œuvres d’art… C’est comme si Yves Saint Laurent était toujours là. Ce musée est aussi une maison d’artiste, pensée pour que l’on y ressente l’esprit de ce dernier, ainsi que celui des gens qui ont travaillé avec lui. »

Et quel artiste ! Les modèles exposés le démontrent selon des thématiques qui révèlent les diverses facettes de son style et de ses inspirations : exotiques (Russie, Maroc, Espagne, Afrique…) ou artistiques (Matisse, Picasso, Mondrian…), ou encore puisées dans l’histoire de la mode (Antiquité, Moyen Âge, XIXe siècle, années 1940…). Un podium est dédié à la présentation d’une collection, du croquis à sa confection, en l’occurrence celle du printemps-été 1962, la première griffée YSL. Exprimant un enthousiasme communicatif, Olivier Flaviano rappelle la sentence de Pierre Bergé : « Chanel a libéré la femme, Saint Laurent lui a donné le pouvoir », notamment en empruntant des vêtements au vestiaire masculin (smoking, saharienne, jumpsuit, trench-coat). « Aujourd’hui, parfois sans le savoir, toutes les femmes portent quelque chose qui vient de lui. »

Pierre-Berge-musee-saint-laurent-paris-magazine
Des expos renouvelées tous les six mois

Ce parcours rétrospectif sera renouvelé tous les six mois, les pièces étant fragiles et ne pouvant être exposées trop longtemps – à partir d’octobre 2018, la rétrospective alternera avec une exposition temporaire thématique. Et il y existe de quoi susciter l’intérêt du public pour longtemps quand on sait que les réserves du musée comptent plus de 5 000 modèles de haute couture, plusieurs centaines de tenues de prêt-à-porter Saint Laurent Rive Gauche, ainsi que des costumes pour le spectacle et le cinéma qui ont habillé Arletty, Catherine Deneuve ou Zizi Jeanmaire ! Des archives qui depuis 1997 étaient entreposées dans des locaux à La Villette avant d’être transférées avenue Marceau en 2002. « Le public pourra voir ainsi des choses différentes à chacune de ses visites », poursuit Olivier Flaviano, lequel insiste sur le fait que ce que l’on admire ici sont « des prototypes, ceux-là mêmes qui ont été créés par Yves Saint Laurent et ont défilé. Les modèles habituellement visibles dans les musées sont en général ceux qui ont été vendus aux clientes pour lesquelles ils ont souvent été modifiés. Avant Saint Laurent, les prototypes étaient donnés aux mannequins ou soldés aux clientes. Il a été le premier, dès 1964, à les conserver avec leurs accessoires : bijoux, chaussures, gants, chapeaux, sacs… » Le musée parisien se double d’un autre, qui ouvrira le 19 octobre à Marrakech (www.museeyslmarrakech.com) où le couturier possédait une propriété. Non loin de celle-ci et du jardin Majorelle – qu’il a sauvé de la destruction et restauré avec Pierre Bergé – seront exposées, également par rotation, des œuvres provenant des collections YSL dans un bâtiment neuf. Il révèle particulièrement l’influence qu’ont eue sur le créateur le Maroc et l’art du jardin. Un pèlerinage entre Paris et Marrakech sous la divine protection de Saint Laurent, voilà un voyage que d’aucun(e)s auront à cœur d’accomplir !

Fermé le lundi
De 11 h à 18 h et 21 h le vendredi
7 et 10 €
Visites guidées

Faccade-5-avenue-Marceau-musee-yves-saint-laurent
Par Michel Doussot. Photos : Fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, Paris/Alexandre Guirkinger / D.R. / Luc Castel / Sacha - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale