Bistrot

Une bistronomie décomplexée avec Mordu

L’adresse est belle : sur un angle de la façade nord du marché Saint-Germain… ce qui n’a pas empêché de bons professionnels comme le boucher Hugo Desnoyers ou le spécialiste de l’agneau J’go de s’y casser les dents ! Avec cette nouvelle équipe, on espère que l’affaire perdurera et prospérera. La déco est agréable avec une salle à manger sous de hauts plafonds, un grand lustre en laiton, des casiers à bouteilles où s’épanchent quelques plantes vertes, des tables en bois, des murs marbrés dans des tons gris… Pour un dîner en tête à tête, on opte pour la terrasse (chauffée !) sous des arcades comme on en voit peu à Paris, calme et bucolique, assez chic même, et où l’on a envie de prendre tout son temps pour profiter de cette atmosphère paisible, la salle principale étant un peu “sonore”. De son côté, le chef Baptiste Trudel, un ex du Yard, a composé une carte reprenant tous les codes gourmands actuels, dans le genre bistronomie décomplexée. On commence par l’un des bons cocktails signature de la maison, accompagné de délicieux arrancini caccio e pepe (5 €). Une agréable entrée en matière, avant de goûter à l’original pied de cochon grillé, anguille fumée et concombre en pickles (12 €), puis au poulpe grillé au kimchi et yaourt (27 €) ou à la savoureuse échine de porc noir de Bigorre à la crème de maïs (19 €) et enfin aux fraises gariguette à l’avocat et thé matcha (10 €). Menu à 30 € au déjeuner. Jolie carte des vins conçue par Nicolas Paradis, l’un des copropriétaires de la maison, également fondateur d’Ô Chateau et des Caves du Louvre. Dès le mois de novembre, Mordu devrait également ouvrir le dimanche…

De 12 h à 15 h et de 19 h à 23 h
Fermé dimanche
Prix moyen : 50 €

P

Mordu

2, rue Félibien, 75006, Paris Tel : 01 42 39 89 27
Voir l’itinéraire
Par Manuel Mariani & David Richard. Photos : Caspar Miskin Photography - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale