Divers

Paris déserté

Comment aurait-on pu un jour imaginer voir – ou ne pas voir pour ceux qui sont restés confinés en province – Paris vidé de ses habitants ?

Sans âme qui vive, les avenues, boulevards et places sont désertés comme dans un film de science-fiction. Les boutiques, théâtres et restaurants ayant baissé leur rideau, la marée humaine qui inondait auparavant les rues parisiennes s’est retirée. Plus un bruit de mobylette, plus de pollution atmosphérique et d’odeur de gaz d’échappement, Paris a été téléportée dans un monde parallèle. En observant ces photos spectaculaires prises par Stéphane Gizard, la beauté architecturale de Paris frappe au premier coup d’œil. Mais que serait une ville sans ses habitants ? Pour le meilleur ou parfois pour le pire, ce sont eux qui font battre le cœur des métropoles. Certains sont rassurés que la vie reprenne enfin son cours, d’autres réfléchiront aux limites du tourisme de masse, à l’hyper-densification, aux incivilités et au manque de propreté. En tout cas, Paris a plus que jamais besoin que ses habitants et ses visiteurs prennent soin d’elle.

Ci dessous : La rue de Rivoli et la place de l’Étoile comme jamais vues… sans une voiture à l’horizon.

Stéphane Gizard s’est très tôt fait un nom auprès des services photos de plusieurs magazines et des agences de presse réputées comme Sygma ou Sipa. Il collabore aussi à de nombreuses campagnes de publicité (Dove, Bonobo, Levis…) Ce Parisien, né en 1977, explique avoir découvert l’appareil photo à 7 ans. Il est surtout connu pour ses portraits de personnalités françaises et étrangères, essentiellement des comédiens et chanteurs : Lionel Richie, Sophie Marceau, Christopher Walken, Booba, Chingy, Peter Falk, etc., et son projet “Dress code” lancé en 2006 pour lequel il photographie, en studio et sans aucun styliste, 200 adolescents choisis après huit mois de casting de rue. Cette période de confinement l’éloigne un peu de ses sujets de prédilection. Lui qui aime tant saisir les regards et les attitudes des hommes s’est laissé envoûter par l’atmosphère d’étrange irréalité qui s’est abattue sur Paris. Il livre à Paris Capitale certains de ses plus beaux clichés de la Ville Lumière qui joue les belles endormies.

Ci dessous : La place de la Bastille et la voie Georges-Pompidou sans voitures, motos, bicyclettes ou même piétons…

Par La Rédaction - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale