Musée

Musée de l’Homme Une réouverture attendue

Qui sommes-nous et où allons-nous ? Le musée de l’Homme, après six ans de travaux, s'est dévoilé majestueusement dans le Palais de Chaillot, le 17 octobre dernier. Une avancée spectaculaire pour un musée-laboratoire qui appréhende l’homme de manière unique au monde.

Au croisement de la biologie et de la philosophie, de l’anthropologie et de l’histoire, le musée de l’Homme convoque toutes les disciplines scientifiques pour poser un regard riche et bienveillant sur notre humanité dans toute sa diversité et ouvrir des pistes sur l’avenir que nous nous forgeons. Car telle est bien la particularité de ce musée sans équivalent : mêler intrinsèquement la recherche et le partage des connaissances, la science et la visite. Le concept de musée-laboratoire qui fit toute son originalité en 1938, lors de sa création, demeure. Le bâtiment abrite 150 chercheurs qui explorent avec passion la nature de l’Homme, son histoire et son futur au sein du Centre de recherche sur l’évolution de l’homme et des sociétés et dont les découvertes seront présentées aux visiteurs sur le Balcon des sciences, un espace dédié à la recherche et à son actualité scientifique », explique Thomas Grenon, directeur général du Muséum national d’Histoire naturelle. Six ans de travaux, 92 millions d’euros, un bâtiment entièrement rénové, des espaces totalement reconfigurés ! Enfin le musée de l’Homme peut dialoguer avec l’homme avec les moyens et les technologies d’aujourd’hui. Avec un projet totalement inédit !

P

Muséum national d’Histoire naturelle de l’Homme

17 place Trocadéro 75016 Paris Tel : 01 44 05 72 72 www.museedelhomme.fr
Voir l’itinéraire

En effet, au cœur de la capitale, sur la place du Trocadéro et surplombant la tour Eiffel, le musée créé par Paul Rivet dans le prestigieux Palais de Chaillot désirait appréhender “l’Homme comme un tout indivisible dans l’espace et dans le temps”. Héritier des idéaux généreux du Front populaire, porteur de l’héroïsme du réseau de Résistance, tel reste son but. Qui sommes-nous ? D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Une immersion au cœur de l’évolution humaine de Cro-Magnon à Descartes, de la Vénus de Lespugue aux cires de Pinson en passant par l’incroyable galerie de bustes du XIXe siècle, tente de répondre à nos questions les plus fondamentales. Tout y est ! La biologie, la philosophie, l’anthropologie et l’histoire se croisent dans un musée-laboratoire sans équivalent. Car partage et connaissance s’imbriquent avec un bâtiment accueillant sur 20 % du musée, 150 chercheurs au sein du futur Centre de recherche sur l’évolution de l’homme et des sociétés dont les découvertes seront présentées aux visiteurs.

Leur désir ? Mettre en lumière les questionnements scientifiques et éthiques de l’espèce humaine au XXIe siècle. Son principe fondamental ? L’accessibilité à tous les publics avec de multiples espaces de médiation, un endroit de partage des connaissances développant les rencontres directes et virtuelles avec les chercheurs, un lieu citoyen dressant avec clarté l’impact de l’espèce humaine sur la planète. Quand aux collections, les premières au monde dans leur domaine, constituées de plusieurs centaines de milliers de spécimens, elles se concentrent sur le lien direct entre les sociétés et la nature. Soit 700 000 objets issus de la Préhistoire, 30 000 d’anthropologie, 6 000 sur l’appropriation de la nature par les sociétés ! Avec au rez-de-chaussée, Le Réseau de résistance du musée de l’Homme ; au niveau 1, Jean Rouch et le cinéma ; au niveau 2, Une Verrière, deux palais et trois musées pour se terminer au niveau 4 par Yvonne Oddon et la bibliothèque du musée. Pour célébrer cette réouverture, la première exposition temporaire du musée met en lumière sa métamorphose tout en revenant sur son héritage.

“Chroniques d’une renaissance” (jusqu’en juin 2016) accompagne le public dans sa découverte du nouveau musée tandis que l’art contemporain, avec l’artiste camerounais Pascale Marthine Tayou trouve merveilleusement sa place, dans le parcours de cette exposition comme dans les différents lieux d’accueil. «…Le musée de l’Homme devait se réinventer sans rien céder de son histoire. Voilà qui est chose faite : conjuguant avec brio tous les âges de l’humanité, il a désormais vocation à veiller au respect et au maintien de la diversité et de l’universalité de l’humain et de son environnement », conclut Thomas Grenon.

Fermé le mardi

Pavillon de Tete

"L’Homme comme un tout indivisible dans l’espace et dans le temps”

Par Anne Kerner - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale