Mode

Armani 40 ans de succès

2015 aura été l’année Giorgio Armani ! Célébrant les 40 ans de sa maison, le créateur a multiplié les initiatives pour fêter comme il se devait cet anniversaire qui fera date.

Plus qu’une maison de couture, c’est un empire qu’il a construit : Giorgio Armani, 81 ans depuis le 11 juillet dernier, est à la tête d’un véritable univers dont les planètes s’appellent entre autres Armani Privé, AJ Armani Jeans, Emporio Armani ou Armani/Casa. Une galaxie de marques dirigée par un seul homme, dont la fortune personnelle le classe au 174e rang des plus grandes richesses mondiales, selon le magazine américain Forbes. Un destin exceptionnel pour cet Italien qui quitte sa Plaisance natale à l’âge de 23 ans pour rejoindre Milan et vivre au grand jour son histoire d’amour avec la mode. D’abord “merchandiser” dans un grand magasin de la ville, il devient styliste (pour Nino Cerruti notamment) avant de créer en 1975 avec son partenaire Sergio Galeotti, Giorgio Armani S.p.A. Dès le 24 juillet de cette même année, il présente une ligne de prêt-à-porter pour homme et pour femme. Giorgio Armani a alors 41 ans, débute pour lui une ascension qui jamais ne s’arrêtera. Car en quarante ans de création, Armani est devenu plus qu’une marque : c’est aujourd’hui un groupe qui figure parmi les leaders mondiaux de l’industrie de la mode et du luxe, comptant 6 700 employés et 2 473 boutiques dans plus de 60 pays à travers le monde, présent sur les secteurs de la mode, des parfums et cosmétiques, des accessoires, de la décoration d’intérieur, de l’hôtellerie et de la gastronomie (les chocolats Armani/Dolci, ça existe !). En quatre décennies, Armani est alors devenu un monde en soi, une mode unique, et même “un mode de vie” selon ce créateur hors-norme, mi-styliste, mi-chef d’entreprise, qui se félicite à juste titre d’avoir réussi à préserver son indépendance durant toutes ces années.

 

Giorgio Armani at work – credit Giorgio Armani Archive (6)

Un univers qui séduit toutes les générations

Tout le monde connaît, bien sûr, les costumes Armani – pour homme et pour femme –, ceux portés par Richard Gere dans American Gigolo (1980), par Leonardo DiCaprio dans Le Loup de Wall Street (2013) ou par Cate Blanchett, égérie maison, lors de la fête de la marque en avril dernier à Milan. Mais Armani, c’est aussi des robes, étincelantes et élégantes : celle de la princesse Charlène de Monaco portée lors de son mariage avec le Prince Albert en 2011, celle de Cate Blanchett (toujours elle) qui en 2014 reçoit son Oscar de la meilleure actrice en Armani, ou celle de la chanteuse Adele, dévoilée lors de son grand come-back télévisuel en novembre dernier.

Les clés du succès du groupe Armani ? La justesse de vêtements « créés pour révéler la personnalité sans jamais effacer ni déguiser », la diversité offerte par toutes les griffes du géant italien, un style reconnaissable entre mille, « centré sur l’essentiel, jamais prétentieux » selon le designer. Au cours de l’année 2015, ce dernier a su célébrer son travail avec intelligence et élégance, entre lancements phares et évènements culturels. Ce fut ainsi en pleine Fashion Week parisienne, la présentation du Sac 11, édition limitée proposée uniquement dans deux boutiques à Paris et Milan ; ce fut également l’introduction de la ligne New Normal, pensée comme la parfaite garde-robe de la femme Armani et comme un concentré de quarante ans de création ; ce fut aussi, le 30 avril 2015, le grand défilé d’archives couture Giorgio Armani Privé présenté à Milan en marge de l’exposition universelle Expo 2015, et l’inauguration le même jour de l’Armani Silos, un espace d’exposition de 4 500 m2 « témoignant de l’expérience professionnelle et du savoir-faire unique de Giorgio Armani » ; ce fut enfin la mise en ligne d’un site internet dédié à l’anniversaire (www.atribute.armani.com), le lancement du hashtag #ATribute sur les réseaux sociaux et la publication en septembre, de la biographie du couturier. 2015 est donc une année de fête pour Armani qui outre ces célébrations, trouve le temps d’être aussi mécène de l’exposition Martin Scorsese (un ami de longue date) à la Cinémathèque de Paris (jusqu’en février 2016) et de signer les costumes d’Al Pacino pour son rôle dans la pièce China Doll jouée jusqu’au 31 janvier au Gerald Schoenfeld Theatre de New York. En quatre décennies de création, Armani a toujours su rester fidèle à son style, à ses ambitions, à ses amis. Une attitude payante, qui augure encore de nombreux anniversaires joyeux.

44_PTB_GAPWEAR_FW2015W_DA06HXJ
Par Solenn Cosotti - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale