Culture

Malmaison, palais d’une impératrice

La Malmaison aurait pu demeurer un modeste château construit au début de XVIIe sur les ruines d’un vieux manoir. Il est réputé par les réceptions qu’y donnent les Le Couteulx du Molay. Pourtant sa notoriété, elle la devra à Joséphine, l’épouse de Bonaparte qui en fait l’acquisition en 1799 et la transforme en résidence impériale. Le lustre, le faste, la notoriété et ce lieu, désormais symbole du pouvoir napoléonien durera cependant peu de temps dès 1815, après la mort de Joséphine, la demeure est vendue.

Pourtant l’âme de la maison reste attachée à cette impératrice qui eu un coup de cœur pour ce lieu. Elle le meubla avec faste et goût et eu l’excellente initiative d’évacuer nombre des biens au musée du Louvre au vu des résultats militaires peut concluant de son mari. Pourtant, aujourd’hui encore « l’intérieur réserve la surprise d’appartements entièrement meublés, dans l’attente de leurs habitants. Rien ne semble avoir bougé depuis que les plus célèbres d’entre eux ont quitté les lieux ». Une atmosphère parfaitement retranscrite par les photographies de Guillaume de Laubier qui alterne vue d’ensemble et de détails.

Malmaison, le palais d’une impératrice.
Éditions des falaises. 176 pages. 34 €.

Par - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale