Mode

Les coups de coeur haute couture du magazine Paris Capitale

Armani, c’est le rêve. Et, encore mieux cette saison c’est le sien. Oui, le maestro a décidé de se laisser aller à son imaginaire et a choisi des kilomètres de soie peinte à la main, des nuages et des ciels, qui éclatent et s’ébattent ici et là, sur des tailleurs-pantalons en soie couverts de taches nébuleuses ou arborant en pochette une énorme bulle de tissu vaporeux. Robes bustiers fluides, mini-robes de cocktail, boucles d’oreilles et pendentifs en émail, teintes diffuses, les modèles passent, le rêve aussi.

 

Alexandre Vauthier, fidèle à lui-même, fidèle à celles qu’il habille, fortes, belles, audacieuses. Une collection couture qui déménage, très années 80, très sexy… Comment ne pas avoir envie de ce fourreau rouge entièrement recouvert de sequins, de ces robes courtes drapées ou encore de ce long fourreau noir, dont on ne sait si celle qui le porte est en train de l’enlever ou de le passer ?

Franck Sorbier a décidé qu’il était urgent de refaire la fête ou, en tout cas, d’inciter à la faire à nouveau en rappelant la période la plus festive qui soit : celle de Joséphine Baker et du charleston. Sitôt pensé sitôt fait et c’est dans le décor raffiné de l’hôtel Regina que défilèrent, dansèrent plutôt, les mannequins-danseuses, silhouettes à la taille descendue, robes fluides et caressantes dont le fil conducteur était les organzas de soie peints à la main évoquant le verre de Murano et la verrerie Art déco. Le tout accompagné par Manu Dibango lui-même ! Un moment délicieux et raffiné, hors du temps présent, mais tout prêt à repartir… Comme dans les années 20 !

Clare Waight Keller pour Givenchy a créé la surprise pour sa première collection couture : Mystères d’un jardin de nuit. Une alliance, oh combien, subtile entre l’art du tailleur, cher à la maison, et la poésie des robes du soir. Confrontés à de petits hauts noirs très épurés, des bouillonnements de tissu blanc prennent toute leur saveur, les bustiers en broderie anglaise dominent des pantalons au parfait tombé. On sent que la créatrice a pris un plaisir fou à cet exercice et ce plaisir est contagieux. Clare Waight Keller a-t-elle rencontré Monsieur de Givenchy avant sa collection… Alors ? Alors voilà qui restera un mystère.

Par Viviane Blassel. Crédit photos : Armani, Alexandre Vauthier, Franck Sorbier, Givenchy. - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale