Interview

Anne Fontaine, une femme de mode

Chaque saison, Anne Fontaine enchante la garde-robe féminine avec des créations aux coupes parfaites qui subliment l’allure. Les détails envoûtants abondent dans des créations à la fois subtiles et audacieuses, toutes empreintes

Anne Fontaine

46, avenue George V, 75008 Paris www.annefontaine.fr/
Voir l’itinéraire

Anne Fontaine

396, rue Saint-Honoré, 75001 Paris www.annefontaine.fr/
Voir l’itinéraire
<>

Quelles sont vos inspirations pour la collection automne-hiver 2022/2023 ?

Les femmes de caractère guident mes créations. Cette saison, c’est l’écrivain George Sand qui m’inspire. Sa vie, son œuvre et son vestiaire. Elle s’habillait en homme mais son costume ne dissimulait en rien sa féminité. Sa veste cintrée moulait ses hanches, elle évoquait le raffinement d’un dandy : gilet blanc, lavallière savamment nouée… J’ai souhaité recréer cette notion de masculin-féminin cet hiver. J’ai d’ailleurs imaginé une chemise blanche à manches bouffantes portée avec un manteau, un gilet et un pantalon en tweed.

Votre collection est rythmée par de nombreuses robes cette saison. Comment cette envie est-elle née ?

J’ai baptisé la ligne de robes Gala, en hommage à cet événement qui rythme la vie sociale new-yorkaise où je passe une grande partie de mon temps. Les femmes s’habillent pour sortir le soir à New York, plus que les Européennes. J’utilise le taffetas, le régilène sur un modèle qui permet à ses volants d’être instantanément rigidifiés. J’ai craqué pour une panne de velours bleu nuit et une dentelle très travaillée avec ajouts de fils brillants qui m’évoquent l’allure de George Sand. Les paillettes et le satin ont aussi mes faveurs. Chaque modèle est pensé avec de grands volumes. L’allure est soulignée par des drapés ou des encolures sophistiqués.

Côté accessoires, quelles nouveautés avez-vous imaginées ?

J’ai créé une ceinture avec deux scarabées entrelacés qui mêle suede et métal. Cet insecte m’a inspiré également une paire de boutons de manchette qui accompagnent blouses et chemises à poignets mousquetaire. J’ai une passion pour cet accessoire. J’ai imaginé la paire de sandales à talons colonne Elegie toute dorée décorée d’un nœud et de strass. Le sac iconique Scarlett avec ses pétales de fleurs et ses feuilles en cuir voit le jour en mini et décliné dans une foule de coloris joyeux. Il est très craquant en petit ! Un autre modèle est paré de la même boucle que celles des bottines Noemi qui se retrouve également sur une ceinture. Sans oublier un magnifique collier souple comme un gros nœud qui tombe à la perfection sur le décolleté. Il souligne mon inspiration George Sand de la saison.

Entre Paris et vous, est-ce une histoire d’amour pour toujours ?

Oui bien sûr ! C’est la ville où convergent tous les artistes du monde car Paris est une source d’inspiration pour eux. Et puis, c’est la ville de mes origines : ma mère est brésilienne et mon père franco-allemand. À 20 ans, je me suis installée à Paris sur les traces des origines de mon père, tout en poursuivant mon travail environnemental, me consacrant à la défense des baleines. Puis, j’ai rencontré mon futur mari Ari, dont la famille possédait une entreprise renommée de fabrication de chemises. Un jour, dans le grenier de sa maison familiale, nous avons découvert une malle remplie de chemises blanches appartenant à sa grand-mère. C’est comme ça que tout a commencé ! J’ai relevé le défi audacieux de créer un univers autour de la chemise blanche. En conséquence, nous avons tous deux décidé de reprendre l’entreprise familiale. C’est ainsi que la griffe Anne Fontaine est née. Je suis également très attachée à Paris car j’y ai ouvert des boutiques dont la dernière, avenue George V, qui accueille toutes les collections, a une pièce dédiée à la chemise blanche.

D’ailleurs, que représente la chemise blanche pour vous ?

Ce vêtement est synonyme d’intemporalité dans une époque régie par l’instantanéité. Porter une blouse blanche, c’est un statement indémodable. Elle est le symbole ultime du chic parisien. La couleur blanche est signe de paix et évoque le sacré. Au Brésil, le blanc signifie bonheur et succès. Et puis, enfiler une chemise blanche m’apparaît comme une bouffée d’air frais. La femme se sent belle dedans car c’est une pièce d’une extrême sensualité.

Quels sont vos futurs projets ?

La ligne Gala est en plein développement. Je souhaite la faire grandir autant en mode qu’en accessoires. J’aimerais également lancer une ligne pour enfants à laquelle j’avais pensé, mais la pandémie a stoppé sa création. 

Par - Publié le
Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale