Champagne

Dom Ruinart Blanc de Blancs 2004 Ruinart

Guy Savoy : « Pour parler du Dom Ruinart Blanc de Blancs 2004, j’ai envie de raconter une anecdote. Il y a quelques années, avec des proches, nous avons entrepris une partie du pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Et, pendant huit jours, nous n’avons pas cessé de marcher. Entre Le Puy et Conques, en plein pays de la bête du Gévaudan, après vingt-cinq kilomètres à pied, miracle : un restaurant. Qui proposait à sa carte du Dom Ruinart ! Avec un tel nom, après tant d’efforts, j’ai cédé à l’appel du plaisir. Et, d’un coup je n’étais plus dans le trekking souffrance mais dans le pèlerinage épicurien. Quelle béatitude, si j’ose dire ! Et le 2004, comme les autres millésimes, est un grand Blanc de Blancs, intégralement composé de chardonnays grands crus, avec une belle évolution, une attaque franche et soyeuse soutenue par des notes minérales, ensuite un côté aérien grâce à la fraîcheur des agrumes et de notes de gentiane. La finale repose sur des écorces de pamplemousse, de kumquat et une subtile perception saline. Résultat, ce millésime tout en fraîcheur peut se déguster seul, en apéritif, mais aussi avec du Saint-Pierre sur mer aux pousses maritimes, algues, navets confits et beurre d’algue, voire de la truffe blanche… »

L’ABUS D’ALCOOL EST DANGEREUX POUR LA SANTÉ, À CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

Par Thierry Billard. Photos : Grégoire Kalt - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Aucun commentaire

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale