Tendance

Déco by Kenzo Takada

Lancée à l’occasion des grands événements design de janvier ­­– Paris Déco Home, Maison & Objet –­, la Maison K三 (prononcer K3), fondée par Kenzo Takada, vient secouer l’univers de la décoration. Sa première collection de mobilier et d’objets illumine nos intérieurs, dans un va-et-vient permanent entre l’Orient et l’Occident.

On a aimé Kenzo pour son art d’amener l’Orient dans la haute couture parisienne. On le suit avec le même enthousiasme dans sa nouvelle aventure, baptisée K, qui signe son arrivée dans le monde de la décoration de luxe, aux côtés de Jonathan Bouchet Manheim, directeur général de la marque, du designer Engelbert Honorat et de l’architecte d’intérieur Wanda Jelmini. Lancée en début d’année, en même temps que son showroom du 7e arrondissement, la maison K est un prolongement du récit créatif de Kenzo Takada, dans lequel les contraires s’attirent tandis que s’alignent, en équilibre parfait, la profusion et l’épure, la couleur et la sobriété, l’élégance et la joie. Inspirée par le kanji japonais , représentation en caractère chinois du chiffre trois (symbole d’équilibre et d’harmonie), sa première production de mobilier, de tapis, d’accessoires, d’étoffes et de linge de lit, réalisée par la fine fleur des artisans d’art, est sous-tendue par trois thèmes majeurs (Sakura, Maiko et Shogun).

Sakura est une déclaration d’amour à la nature, avec ses motifs végétaux roses et jaunes pastel ponctués d’or, aux nuances nacrées chatoyantes. À l’opposé, l’extravertie Maiko renvoie à la joie et à la fraîcheur de la jeunesse, celle d’une geisha en devenir, grâce à une gamme chromatique de rouges et de roses, de fleurs épanouies et de motifs géométriques rappelant les apprêts sophistiqués des kimonos. Shogun enfin, tout de noir et d’ivoire, impose sa puissance et équilibre le féminin masculin en mixant bouquets ronds, lignes et damiers. Un fil conducteur relie les thèmes entre eux : le Kintsugi, une méthode japonaise de réparation de la porcelaine et de la céramique, qui souligne la fêlure au lieu de la camoufler grâce à un mélange de laque et de poudre d’or, comme pour conserver l’histoire intime des objets. Le Kintsugi est figuré sur l’ensemble de la collection. On retrouve sa trace mordorée sur les fabuleux vases, boîtes et vide-poches, sur les buffets et les tables basses, jusque sur les tapis. Sur les étoffes, le Kintsugi permet aussi de ganser l’angle d’un pouf ou de souligner la disparité des motifs, comme le fil magique d’un patchwork précieux.

De nombreuses pièces de cette première collection sont à haute teneur poétique, à l’instar des tables basses Vase, des paravents Kimonos ou de la tête de lit Shogun sur laquelle se déploie une anémone de mer géante. Pour chacune d’entre elles, le créateur a appliqué toute la délicatesse et la fantaisie qu’on lui connaît depuis des décennies. 

P

Maison K三

242, boulevard Saint-Germain, 75007, Paris Tel : 01 43 35 39 14 www.k-3.com
Voir l’itinéraire
Par Florence Halimi - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale