5 étoiles

Le Sinner, le nouvel hôtel tendance du Marais

Le groupe Evok nous impressionne encore avec le dernier né de ses hôtels, le Sinner. Installé depuis cet été dans un ancien bâtiment administratif du Marais, il est l’objet de toutes les tentations.

L’architecte d’intérieur Tristan Auer a fait merveille, créant un ensemble dual qui fusionne les influences religieuses de la rue du Temple (où se tenait la Maison de l’ordre des Templiers) et le glamour du marais. Le visiteur passe ainsi de la lumière à l’ombre, d’un univers festif à une atmosphère monacale. Lumière à l’entrée, dans le bar et le restaurant de cuisine ethnique aux notes méditerranéennes (orchestré par le chef Adam Benthalha également aux commandes des cuisines de l’hôtel Brach), séparés par quelques marches, sur des plans différents mais unis sous une même hauteur sous plafond, vertigineuse. L’espace profite des feux intimistes renvoyés par les vitraux de la façade sur rue – dont les tons poudrés et safranés rappellent ceux des assises du bar -, de l’éclat des grandes baies vitrées sur cour et des jeux de brillances renvoyés par les immenses miroirs. Mais l’ambiance est tout autre dans les étages, où sont distribuées les 43 chambres et la suite. On y accède par des couloirs sombres, sous la lueur d’une bougie tenue par un membre du personnel, dont l’uniforme suggère une soutane. Derrière des portes à heurtoir, ornées d’un judas grillagé, les chambres surprennent par leur clarté, leur modernité, leurs superbes salles de bain design, leur joli méli-mélo de livres, d’œuvre d’art et de disques « vintage » à écouter sur une platine vinyle.

P

Le Sinner

116, rue du Temple, 75003, Paris Tel : 01 42 72 20 00 evokhotels.com/property/sinner/
Voir l’itinéraire

La suite recèle bien des surprises car il n’y a rien de monastique dans cet espace baptisé Justine, en référence à l’héroïne du Marquis de Sade, tout de noir et de miroirs vêtue, dotée d’un lit rond et d’un confessionnal ouvrant sur une fenêtre avec vue sur la spectaculaire salle de bain.

Partout, dans les espaces publics comme dans les chambres, des surprises émaillent la décoration, des cabinets de curiosité, des œuvres d’art dans les placards sans oublier la crypte, dans laquelle des coffres enchâssés révèlent une sélection d’objets et de livre à acheter. Une signature olfactive évoquant l’encens et la myrrhe qui embaument nos églises plane dans tout l’hôtel, jusque le spa et son bain romain, nous rappelant que le Sinner est bel et bien un lieu mi-ange, mi-démon.

SINNER-evok-hotel-collection-5-etoiles-marais-3e
Par Florence Halimi. Photos : Nicolas Receveur - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Ajouter le votre

1 commentaire

Par Clay Trent • 5 novembre 2019 / Répondre

Awesome article

Ajouter votre commentaire

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale