Cognac

Hennessy•8 La transmission à la perfection

Huit générations d’une même famille, huit eaux-de-vie d’exception, un passage de témoins entre deux maîtres assembleurs, Hennessy•8 est le cognac de l’excellence et de la fidélité. Un chef-d’œuvre des sens présenté dans un écrin conçu par Arik Levy. Récit d’une incroyable aventure du goût.

Dans le monde aussi exigeant qu’enivrant des spiritueux, la passion de l’excellence n’est pas un v(a)in mot. Non, elle est une charte à suivre, une lettre de noblesse dont on orne son blason afin d’en signer et saluer les nobles valeurs. Aussi, quand cette maison du groupe LVMH présente une nouveauté baptisée Hennessy•8, forcément la curiosité des esthètes s’attise, la passion des gourmets s’enthousiasme, la flamme des amateurs s’intensifie. Que signifie ce nom mystérieux, ce code dont chacun va rêver d’avoir la clef, cette œuvre aussi belle à voir que magnifique à humer versée dans un verre où s’épanouiront ses nuances et tons ambrés ? Cognac magnifiant les émotions de dégustation, Hennessy•8 fait appel aux sens mais aussi à l’esprit de celui qui le savoure parce qu’il est l’œuvre ultime d’un homme travaillant dans la maison depuis cinq décennies et dont la famille s’est alliée au clan Hennessy voici huit générations : Yann Fillioux, le Maître assembleur. Hennessy•8, en une cuvée magistrale, rend en fait hommage à une lignée totalement impliquée. Et, de la sorte, incarne des valeurs fort rares de nos jours : la continuité et l’audace, l’inventivité avant-gardiste et la tradition maturée. Parce que les belles créations n’ont pas d’âge, mais des pères qui leur font traverser les époques au nom de l’excellence, Hennessy•8 s’affirme comme le Cognac de la fidélité, vertu qui donne une saveur supplémentaire, celle de la noblesse du cœur, au nec plus ultra des eaux-de-vie.

yann-fillioux-renaud-fillioux-maitre-assembleurs-hennessy-8-cognac-interview-paris-capitale-magazine
Un passage de témoin

Cinquante ans ! Existe-t-il beaucoup d’univers, de métiers, de sociétés où l’on peut demeurer, travailler et envisager la création aussi longtemps ? En vérité non. Le miracle d’Hennessy est d’avoir compris voici des siècles que la pérennité de sa renommée tenait à la constance de ses convictions et lignes de conduite, mais aussi à la présence d’hommes œuvrant au service de ses vins sur le long terme. Depuis cinq décennies, Yann Fillioux est l’âme de l’assemblage de la maison. Héritier des familles Hennessy et Fillioux ayant présidé aux destinées de cette signature du spiritueux mondialement connue, il a tenu à créer un cognac magistral célébrant cette permanence familiale. Lui qui a « testé, tenté, protégé, développé, innové, magnifié » Hennessy depuis 1966 a élaboré une cuvée spéciale, une apothéose de son art qui ne se présente pas comme une fin mais comme un passage de témoin à son neveu, Renaud Fillioux de Gironde, qui lui succède. Dans un métier où l’on maintient, enrichit et transmet, le symbole est fort, le résultat impressionnant. La huitième génération arrivant – Jean Fillioux, le premier de la lignée, est entré dans la maison peu après 1800 –, Hennessy•8 est donc le fruit de deux siècles et demi de savoir-faire, le résultat époustouflant de cinq années de travail d’élaboration, l’alchimie de huit eaux-de-vie à la fois exceptionnelles et historiques. Le résultat, selon Yann Fillioux, est un cognac « d’une perfection absolue et absolument simple, d’une absolue précision et d’une extrême exigence parce qu’il faut être implacable pour ne garder que les eaux-de-vie extraordinaires ». En somme une pièce « unique, inédite et singulière ». Singulière parce que sept de ces fameuses eaux-de-vie ont été sélectionnées dans le patrimoine légué par les différentes générations de Fillioux (dont la plus vieille, celle de Jean, remonte à l’époque où ce dernier était maître-assembleur, entre 1806 et 1838) et parce que la dernière, choisie par le nouveau venu Renaud Fillioux de Gironde fut, elle, distillée par son propre grand-père !

Création miracle, l’âge exceptionnel des eaux-de-vie sélectionnées, preuve de la force et du talent du dialogue avec la nature et le passé noué entre ces générations d’une même lignée, n’écrase en rien, ne “tue pas” comme on dit, l’élégance naturelle du Cognac Hennessy. Au contraire, ces eaux-de-vie d’exception se complètent et s’équilibrent, pour donner naissance à un cognac d’une pureté et d’une perfection absolues… Le résultat est si incroyable que les notes de dégustation de Hennessy•8 n’ont pas été dévoilées, l’honneur et l’expérience de leur découverte étant réservés aux rarissimes privilégiés (et chanceux) qui auront le bonheur de savourer cette édition limitée de 250 bouteilles.

yann-renaud-fillioux-maitres-assembleurs-hennessy-8-cognac-interview-paris-capitale
Un écrin d’art

À cognac sculpté par le temps et les hommes, il fallait un écrin sur mesure. Mieux qu’un écrin, une œuvre réinterprétant les fondamentaux de la maison comme les valeurs et vertus ayant présidé à la naissance de cet assemblage transgénérationnel. Travaillant avec Hennessy depuis huit ans (chiffre décidément fédérateur), l’artiste Arik Levy s’est vu attribuer la maîtrise de ce challenge. Ayant le « sentiment de faire désormais partie de cette grande famille », le créateur a tenu, après réflexion et analyse, à raconter une histoire, celle de la « connexion entre la nature, le terroir, les hommes, la technologie, le savoir-faire et la poésie ». D’où un écrin-carafe « sculptural, visuel et matériel » qui est aussi « un manifeste de la lumière, de magie visuelle », une œuvre qui sollicite tous les sens, comme « le cognac au moment de le goûter ». Le résultat est une sculpture en cristal soufflé, bouche enchâssée de huit anneaux, chacun symbolisant les générations de Fillioux à l’œuvre et les eaux-de-vie, le tout non d’un bloc mais présenté en cercles décalés destinés à traduire la chaîne des hommes qui se renouvelle. Réalisée par Baccarat, scellée d’un fil de soie cuivre et ornée d’un médaillon réalisé par Guerlain, l’œuvre est protégée par un coffre en douelle de bois de chêne, lui-même issu de la tonnellerie de Hennessy, la Sarrazine. Un coffre composé de 25 éléments, chacun célébrant dix ans de l’histoire Hennessy, traversés par un sillon de cuivre évoquant le fleuve Charente. L’artiste a même imaginé une “malle à outils” comprenant, entre autres, quatre verres Riedel ainsi qu’une clef destinée à fermer… ou ouvrir ce coffret unique. Un coffret à, qui sait, garder au secret pour le transmettre un jour à une autre génération ?

baccarat-soufflerie-verre-cristal-travail
L’art de la transmission

« Transmettre, c’est donner à ceux qui viendront après et qui continueront à écrire l’histoire, cette histoire pluriséculaire d’Hennessy qui est de part en part une histoire de transmission », explique Yann Fillioux. Et d’ajouter : « Chacun d’entre nous est un passeur, un héritier qui a pour mission de protéger et développer un patrimoine hors du commun pour ses successeurs. Transmettre ce n’est pas se mettre en avant, c’est partager ce qu’on a reçu, c’est donner ce que nous savons le mieux faire, ce qu’il y a de plus beau en nous ». Quand on est maître assembleur et maître d’œuvre de la huitième merveille du monde des saveurs, existe-t-il plus noble message que la possibilité offerte de déguster un cognac offrant à la fois la certitude d’un moment inoubliable et la garantie de participer à une aventure mémorielle mémorable ?

www.hennessy.com

gravure-hennessy-8-baccarat-coffret-luxe
Par Thierry Billard. Photos : Gotz Goppert / Karl de Keyzer - Publié le

Vous aimerez sûrement les articles suivants…

Rejoignez-nous sur Instagram Suivre @ParisCapitale